Inscrivez-vous à notre newsletter


×

Sener allume le récepteur Noor Ouarzazate III

Mercredi 20 Juin 2018 Par Laquotidienne

Le groupe d'ingénierie et de technologie Sener active, par étapes, les différents composants de la centrale solaire thermoélectrique Noor Ouarzazate III, la deuxième installation utilisant une technologie de tour centrale et système de stockage de sels fondus conçu et élaboré par Sener. 

«Outre sa contribution technologique, cette centrale est l’une des premières au monde à commercialiser ce système», informe le groupe dans un communiqué, précisant qu’il a récemment «réalisé le premier lancement du récepteur solaire, qui consiste à pointer, pour la première fois, les héliostats au niveau du récepteur situé au sommet de la tour, à 250 m de hauteur, afin de le préchauffer jusqu'à une température de 320º C».

Sener a aussi pris en charge la technologie de ce récepteur, dont la conception et la construction ont requis une expertise du secteur aéronautique.

Ce récepteur a une puissance élevée de plus de 600 MW thermiques qui, mis en fonctionnement, permettra à l'usine d'atteindre une production brute de 150 MW et 7,5 heures de stockage sous forme de chaleur et qui a été développé en collaboration avec des entreprises marocaines.

«De la même façon, Sener a développé entièrement un élément clé dans ce type d'installation, le système de contrôle intégré du récepteur et du champ solaire», souligne le communiqué.

Dans l'étape précédant le démarrage du récepteur, Sener a réalisé les tests opérationnels du champ solaire, composé de 7.400 héliostats HE54. «Ce modèle (HE54) comprend des améliorations telles qu'un panneau réfléchissant plus étendu (178,5 m2 contre 115,7 m2 auparavant aux héliostats du Gemasolar) et un système de suivi extrêmement précis, appelé "traqueur solaire", qui utilise la technologie spatiale de Sener», précise le Groupe.

Une fois terminés les tests de préchauffage en cours du récepteur, l'étape suivante des tests d'installation sera la circulation des sels par le récepteur pour atteindre une température de fonctionnement normale (550º C). 

«Ce phénomène se produira dans les prochaines semaines. La production de vapeur, à partir de la chaleur générée dans ces sels fondus, constituera la dernière étape», conclut le communiqué.

développement durable
Partage RéSEAUX SOCIAUX