Inscrivez-vous à notre newsletter


×

Akhannouch prévoit un PIB agricole d’au moins 128 Mds de DH en 2019

Mardi 18 Decembre 2018 Par Laquotidienne

Le ministre de l'Agriculture, Aziz Akhannouch, a mis en relief, mardi à Skhirat, la contribution des programmes transverses structurants du Plan Maroc Vert (PMV) au développement de l'agriculture marocaine.

Lors d'une rencontre d’évaluation du PMV tenue en présence notamment des présidents des chambres d’agriculture et des fédérations interprofessionnelles agricoles, Akhannouch a présenté les réalisations, les performances et les indicateurs d’impact des programmes transverses structurants sur l'agriculture nationale, mettant particulièrement l'accent sur les questions du financement, de l’investissement, de la commercialisation et du développement rural.

L'agriculture marocaine fait face à de nouveaux défis qui impliquent de nouvelles perspectives, a indiqué le ministre, relevant que l'évaluation du bilan des programmes transverses structurants du PMV est une opération d'extrême importance dans le processus de développement de l'agriculture marocaine sur des bases solides, saines et équilibrées.

L'augmentation enregistrée cette année du Produit intérieur brut (PIB) du secteur agricole à 125 milliards de dirhams, en hausse de 60% par rapport à l'année de lancement du PMV, dénote des résultats du PMV et témoigne du développement qu'a connu l'agriculture marocaine, a-t-il souligné.

Notant que le PIB du secteur agricole devrait se consolider davantage pour atteindre au moins 128 Mds de DH en 2019.

Parmi les indicateurs du développement du secteur, le ministre a également cité l'importance des investissements générés depuis 2008 et qui s'élèvent à 104 Mds de DH, dont 60% provenant du secteur privé, faisant observer qu'en 2019, l'investissement total dans le secteur agricole devrait totaliser quelque 115 Mds de DH.

Akhannouch précise à cet égard que l'investissement public s'est focalisé sur le développement de l'agriculture solidaire avec 15 Mds de DH en 2018 (17 Mds de DH en 2019) et 30 Mds de DH dédiés aux projets transverses structurants (34 Mds de DH en 2019).

Le ministre a également mis en avant les efforts déployés par le gouvernement pour mobiliser le financement des bailleurs de fonds et des partenaires internationaux qui s'est élevé à 34 Mds de DH, dont 37% sous forme de dons.

En matière d'irrigation, le Maroc a franchi d'importantes étapes qui font que l'agriculture irriguée couvre aujourd'hui 1,6 milliard d'hectares, soit 18% de la superficie totale cultivable et 21% des surfaces emblavées annuellement.

Les programmes d'irrigation couvrent 750.000 hectares profitant à 220.000 exploitations agricoles, dont 90% ont été consacrés au petit agriculteur exploitant moins de 10 hectares.

Les superficies équipées d'un système d'irrigation localisée ont atteint 560.000 hectares grâce à un effort d'investissement de la part de l'Etat de 12,3 Mds de DH à travers le Fonds de développement agricole, poursuit le ministre.

Cette superficie devrait être portée à 610.000 hectares à l'horizon 2019, soit 38% du total des superficies irriguées au niveau national.

En outre, Akhannouch insiste sur le développement enregistré par l'agriculture irriguée à la faveur de l'utilisation intensive des nouvelles technologies, notant que le Maroc produit 3 fois plus avec la moitié du volume d'eau utilisé auparavant et que l'irrigation en goutte-à-goutte a permis d'économiser annuellement 1,6 milliard mètres cubes d'eau, soit l'équivalent de la retenue d'un grand barrage de la taille de celui de Bin El Ouidane.

Les programmes hydro-agricoles ont permis de valoriser cette année 2 milliards de mètres cubes d'eau, note-t-il.

Le ministre explique en outre que l'agriculture irriguée, qui totalise 50% de l'emploi rural, contribue en moyenne à 45% au PIB du secteur agricole et à 75% lors des années de sécheresse comme en 2016, et que ses produits représentent 75% des exportations. 

Pour ce qui est des intrants agricoles, les réserves en semences de céréales sont passées de 500.000 quintaux à 2,2 millions de quintaux, ce qui a permis d'atteindre des rendements records. 

Le ministre a également cité le renforcement des capacités de valorisation et de transformation des produits agricoles qui ont été augmentées de 44% entre 2008 et 2018, avec la mise en place de 241 nouvelles unités de valorisation des produits agricoles et l'équipement de 327 autres au profit du petit agriculteur, outre le renforcement des capacités de 161 unités dans le cadre de l'agriculture moderne.

Il fait remarquer à cet égard que le contrat-programme pour le développement des industries agroalimentaires permettra de renforcer les investissements dans le secteur, précisant que les guichets du Fonds de développement agricole ont reçu depuis février 2018 quelque 90 projets d'un investissement prévu de plus de 2 Mds de DH.

 

Exportations agricoles

S'agissant des exportations agricoles, leur valeur a augmenté de 117% et leur volume de 137%, contribuant ainsi au renforcement du taux de couverture des exportations par les importations qui est passé de 50% avant 2008 aux 2/3 actuellement, informe Akhannouch.

Abordant la question de l'agrégation agricole, le ministre assure que les subventions accordées dans ce cadre ont atteint plus de 1,2 Mds de DH, dont 73% au profit des petits agriculteurs.

En vue de développer les produits du terroir, plus de 430 millions de dirhams ont été mobilisés au profit de plus de 600 coopératives (plus de 30.000 bénéficiaires).

Sur un autre registre, le ministère s'est inscrit également dans des projets qui visent à améliorer la situation sociale des agriculteurs et des travailleurs agricole.

Akhannouch souligne que 50.000 éleveurs de vaches laitières bénéficient de la couverture médicale et sociale et que le nombre de travailleurs agricoles bénéficiant de la sécurité sociale s'élève à 251.874 en 2017 contre 164.645 en 2012, alors que le nombre de ceux bénéficiant de la couverture médicale se chiffre à 361.360 en 2017 contre 230.000 en 2012. 

 

campagne agricole
Partage RéSEAUX SOCIAUX