Inscrivez-vous à notre newsletter


×

France : Les étudiants et lycéens dans la rue

Mercredi 05 Decembre 2018 Par Laquotidienne

Plusieurs dizaines de lycées étaient de nouveau bloqués, mercredi, en France, au troisième jour d'un mouvement de protestation contre les réformes du gouvernement dans le secteur de l'Education.

Le ministère de l'Education a fait état de perturbations, blocages de lycées ou incidents dans plusieurs académies, notamment Marseille et Créteil, deux des points chauds de la mobilisation de ces derniers jours.

"C'est tendu dans celle de Marseille, avec 20 lycées bloqués ou perturbés, et Créteil avec 24 perturbés, dont 8 complètement bloqués", a indiqué le ministère, ajoutant que d'autres perturbations sont signalées, notamment dans l'académie de Lyon et des blocages et incidents observés à Paris, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Besançon, dans les Hauts-de-Seine, dans la région lyonnaise et à Toulouse.

La mobilisation contre les réformes dans l’Education semble gagner également les universités comme l’université Censier (Paris-3) et Tolbiac (Paris-1), bloquées par les étudiants.

Selon les médias français, cette mobilisation étudiante contre des réformes du gouvernement s'inscrit dans la foulée de la contestation des "gilets jaunes". Elle semble s’installer elle aussi dans la durée et des syndicats lycéens ont appelé à une "mobilisation générale" jeudi.

Lundi dernier, plus d'une centaine de lycées étaient bloqués, partiellement ou totalement, à l'appel de plusieurs syndicats lycéens, notamment l'Union nationale lycéenne (UNL), la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) et le Syndicat général des lycéens (SGL) pour dénoncer la réforme du lycée et du baccalauréat ainsi que la réforme de la plateforme d'accès aux études supérieures Parcoursup.

Impulsée par le ministre de l’Education Nationale Jean Michel Blanquer, la réforme est décriée par les syndicats des lycéens et des professeurs qui demandent son abrogation.

Selon les syndicats, qui dénoncent '’une atteinte sans précédent au principe du droit à l’éducation pour toutes et tous’’, les réformes du Bac et du lycée, mises en place par le gouvernement, aboutiront à la dévalorisation du Bac au profit d’un système de sélection et de concurrence entre élèves, professeurs et lycées.

Les syndicats de lycéens contestent également la création du service national universel (SNU), qui sera testé dès le mois de juin, avant sa mise en œuvre d'ici à 2026.

Les étudiants s'opposent quant à eux à la hausse des frais d'inscription annoncée par le gouvernement, pour les étudiants résidant hors de l'Espace économique européen.

 

France
Partage RéSEAUX SOCIAUX