Inscrivez-vous à notre newsletter


×

La France et ses détenus radicalisés qui sortiront bientôt de prison

Mercredi 06 Juin 2018 Par Laquotidienne

La ministre française de la Justice, Nicole Belloubet, a affirmé mercredi que près de 450 détenus radicalisés, dont une cinquantaine de personnes impliquées dans des actes terroristes, devraient sortir de prison d'ici fin 2019, soulignant que le gouvernement est «arc-bouté» sur leur suivi, y compris lors de leur détention.

«Ces gens-là sont évalués, ils sont placés ensuite dans des lieux de détention qui correspondent à leur niveau de dangerosité et quand ils sortent de prison, il y a deux mots clés : nous anticipons leur sortie et nous les suivons de manière extrêmement précise", a-t-elle indiqué.

Pour la ministre, "l'avantage de la détention" est de permettre "de construire des fiches de renseignement qui sont mises en place par les services de renseignement pénitentiaire qui ont acquis depuis quelque temps une très forte légitimité".

Ces fiches sont ensuite "données aux services de sécurité intérieure, au renseignement territorial", a-t-elle détaillé.

"Les services de renseignement qui jouent un rôle essentiel seront considérablement renforcés", a souligné la ministre. La lutte contre le terrorisme, qui a sévèrement frappé la France, est l’une des priorités du gouvernement français qui devra présenter, courant juin, un nouveau plan d'action, présenté comme étant le pendant du plan anti-radicalisation dévoilé en février dernier.

Fin octobre 2017, le chef de l’Etat français avait signé une loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme qui avait permis de mettre fin au régime exceptionnel de l'état d'urgence, resté en vigueur en France depuis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis qui avaient fait 130 morts et plus de 400 blessés.

Adoptée définitivement par le Parlement le 18 octobre 2017, cette loi, entrée en vigueur le 1er novembre dernier, transcrit dans le droit commun des dispositions prévues par l'état d'urgence en prévoyant notamment des mesures spécifiques en matière de contrôles aux frontières, de perquisitions et de saisies.

Cette loi prévoit aussi des mesures spéciales en matière de périmètres de protection, d'assignation à résidence et de surveillance individuelle.

Depuis 2015, 246 personnes ont été tuées en France dans des actes terroristes.

 

France
Partage RéSEAUX SOCIAUX