Inscrivez-vous à notre newsletter


×

Les points clés à retenir du programme gouvernemental

Jeudi 20 Avril 2017 Par Laquotidienne

Le Chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani (photo), a présenté, mercredi, le programme gouvernemental, lors d'une séance plénière commune des deux Chambres du Parlement. Ce programme s'articule autour de 5 axes majeurs. Le premier axe du programme gouvernemental concerne le soutien du choix démocratique, des principes de l'Etat de Droit et de la loi et la consécration de la régionalisation avancée. Le deuxième axe a trait au renforcement des valeurs de la transparence, la réforme de l'administration et la consécration de la bonne gouvernance. Quant au troisième axe, il concerne le développement du modèle économique, la promotion de l’emploi et du développement durable. Pour sa part, le quatrième axe se réfère au renforcement du développement humain et de la cohésion sociale et spatiale, alors que le dernier axe a trait au renforcement du rayonnement international du Maroc au service de ses causes justes dans le monde.
 

Indicateurs macroéconomiques

  • Le gouvernement vise à réaliser un taux de croissance économique compris entre 4,5 et 5,5% et à maîtriser le déficit budgétaire à 3% du PIB à l’horizon 2021.
  • Le taux d’endettement de la trésorerie sera réduit à moins de 60% du PIB, le taux de l’inflation à moins de 2% et le taux de chômage à hauteur de 8,5%. 

 

Les mesures en faveur de la PME 

  • Le gouvernement va appuyer et renforcer le tissu entrepreneurial, en particulier les toutes petites entreprises (TPE) et les petites et moyennes entreprises (PME) et consacrer le système de la préférence nationale des entreprises, en plus de la mise en place d’un cadre incitatif et innovant.
  • Mise en place d’un cadre financier spécifique pour les petites et moyennes entreprises industrielles, nouvellement créées et émergentes, qui investissent dans des secteurs prometteurs.
  • Soutien des TPE pour améliorer leur compétitivité en accompagnant 20.000 entreprises, dont 500 pionnières, et l’élaboration d’une stratégie nationale pour intégrer le secteur privé non structuré.
  • Mise en œuvre des dispositions du décret relatif aux marchés publics visant à réserver 20% des appels d’offres aux PME.
  • Objectif du Maroc :  intégrer le cercle des 50 premières économies mondiales dans l’indice Doing Business à l’horizon 2021.
     

Agriculture solidaire

  • Le gouvernement table, entre autres, sur la mise en place du programme 2017-2021 pour les projets pilier II de l’agriculture solidaire. Ce programme concerne 297 projets pour un montant de 6,5 milliards de dirhams et bénéficie à 130.000 petits agriculteurs.
     

Foncier

  • Le programme gouvernemental ambitionne la mise en place d’une réforme globale du secteur foncier de manière à favoriser sa gouvernance et faciliter sa mobilisation au service des projets d’investissement, ainsi que le renforcement des mécanismes de contrôle pour limiter la spéculation responsable de la hausse des prix, l’accélération de l’appropriation des terrains situés à l’intérieur des périmètres d’irrigation aux ayants droit exploitants, avec la révision des textes régissant l’expropriation de manière à renforcer la protection des droits des propriétaires.
     

Plan national pour l’eau

  • Le chef du gouvernement a mis l’accent sur l’adoption d’un plan national pour l’eau et la mise en œuvre de son programme, la poursuite du renforcement de l’infrastructure et les équipements hydriques à travers la réalisation de 15 grands barrages programmés à hauteur de 3 barrages par an pendant la période 2017/2021 et la construction de 10 petits barrages par an afin de contribuer à répondre aux besoins du monde rural en eau potable, l’irrigation et l’alimentation de la nappe phréatique.

 

Mesures sociales

  • Porter le taux de scolarité au niveau de l'enseignement collégial de 88,2% actuellement à 97% en 2021 et réduire la taux d’analphabétisme à 20% contre 30% actuellement.
  • Relever le niveau de scolarité dans l’enseignement supérieur en le portant à 45% en 2020-2021 contre 33% actuellement.
  • Rendre obligatoire l'accès total à l'éducation, l'enseignement et la formation pour la catégorie d'âge de 4 à 15 ans.
  • Adoption d'une discrimination positive au profit du monde rural et périurbain et les régions souffrant d'un manque dans ce domaine.
  • Renforcement du programme de soutien Tayssir.
  • Hausse de la capacité d’accueil du système de formation professionnelle en vue de doter le marché du travail de plus de 1,7 million de lauréats, ainsi que la création de 123 nouveaux établissements de formation.
  • Généraliser la couverture médicale en la portant de 60% actuellement à 90% en 2021, et renforcer l'accès aux prestations de santé de base à 100% contre 60% actuellement, outre la réduction du taux de mortalité infantile de 27 décès sur 1.000 naissances actuellement à 20 décès sur 1.000 naissances à l'horizon 2021.
  • Augmenter l'accès aux routes dans le monde rural de 79% à 90% et réduire le déficit en logements de 400 mille unités actuellement à 200 mille en 2021.
  • Poursuite de la réforme de la Caisse de compensation à travers la suspension graduelle de la subvention des produits restants, dans le but d’augmenter celles destinées au financement des politiques et programmes de développement social et au soutien des catégories précaires et nécessiteuses.
  • L’amélioration des conditions de mise en œuvre des initiatives visant le soutien aux veuves et le fonds d’entraide familiale par le biais de la simplification des procédures et la révision des mesures et des conditions pour pouvoir en bénéficier. Les femmes abandonnées pourront y être intégrées.
  • Réalisation du taux de 7% des postes d’emploi au profit des personnes en situation de handicap et lancement de la mise en œuvre des dispositions de la loi-cadre relative à la protection des droits des handicapés.
  • Elaboration d’un plan d’exécution pour la concrétisation du programme relatif à la réduction des disparités sociales et spatiales dans le monde rural étalé sur 7 ans, avec une enveloppe budgétaire qui s’élève à 50 milliards de dirhams.
  • En matière d’accès des catégories pauvres et moyennes à l’habitat décent, le gouvernement procédera à la construction de 800.000 habitations à l’horizon 2021 en vue de résorber le déficit en logement et d’endiguer toutes les formes de l’habitat insalubre. Le gouvernement va traiter 50% des cas de familles habitant les bidonvilles (120.000 familles) à l’horizon 2021, dans le cadre du programme national "Villes dans bidonvilles", en plus de la mise à niveau urbaine des quartiers anarchiques pour améliorer les conditions d’habitat de quelque 200.000 familles.
    Le gouvernement conclura des accords en vue du traitement de 37.000 habitations menaçant ruine et procédera à l’activation du rôle de l’Agence nationale de la rénovation urbaine et de la réhabilitation des constructions menaçant ruine.

     
Saad Eddine El Othmani
Partage RéSEAUX SOCIAUX