Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines
EMISSION DU 02/04

Provocations du polisario : Guergarate sous haute tension

Il y a une chose sur laquelle le Maroc ne transige pas : son intégrité territoriale. Cela, le fantomatique polisario, qui multiplie les provocations à l’égard du Royaume, le sait pertinemment.

Disparu des radars internationaux, désavoué de plus en plus par plusieurs pays et décrédibilisé sur la scène internationale, il essaie d’exister médiatiquement à travers le maintien d’une présence de ses éléments armés dans la zone tampon de Guergarate.

Car le polisario sait forcément qu’un tel acte, qui viole délibérément les accords militaires et menace la sécurité de la région, fera réagir le Maroc. Et c’est le cas, surtout face au mutisme de la communauté internationale, interprété par les séparatistes comme un encouragement face à ses provocations répétées.

Ainsi, du chef de gouvernement, Saad Eddine El Othmani, aux chefs de partis, en passant par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, et l’ambassadeur, représentant permanent du Royaume du Maroc aux Nations Unies, Omar Hilale, tous ont vivement réagi.

Pour El Othmani, les déconvenues des séparatistes sur la scène internationale poussent les ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume, comme d'habitude, à recourir à une série de manœuvres grossières afin d'entraver la marche du Maroc et torpiller le processus du règlement politique équitable de ce différend artificiel, conformément à la légalité internationale et aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

Les secrétaires généraux des partis politiques représentés au Parlement ont, pour leur part, affirmé que les graves violations commises par les éléments séparatistes au niveau de la zone tampon, sonne la sonnette d’alarme et incite les Nations Unies et la communauté internationale à intervenir en toute urgence afin de mettre fin à ces actes irresponsables.
 
Si Bourita qualifie de "développements gravissimes" les multiples provocations des éléments du polisario, Omar Hilale (photo), dans une lettre transmise dimanche au président du Conseil de sécurité, Gustavo Meza-Cuadra, s’est, quant à lui, voulu plus tranchant.

«Le Conseil de Sécurité est instamment appelé à user de son autorité pour (…) enjoindre au +polisario+ de se retirer immédiatement, inconditionnellement et complètement de la zone à l’Est du dispositif de sécurité au Sahara Marocain”, a-t-il déclaré.

«Le Maroc qui a, jusqu'à maintenant, fait preuve de retenue et d'un haut sens de responsabilité, à la demande du secrétaire général de l'ONU, de son envoyé personnel et de la communauté internationale, ne saura rester les bras croisés devant la détérioration de la situation sur le terrain. Les autres parties devront, alors, assumer la pleine responsabilité des conséquences qui découleront de leurs actes», a-t-il martelé.

Des mots transparents pour qui sait lire. Et qui dénotent de la détermination du Royaume, par tous les moyens, à préserver son intégrité territoriale face aux agissements inconséquents du polisario.

D. W.

polisario
Partage RéSEAUX SOCIAUX