Inscrivez-vous à notre newsletter


×
EMISSION DU 01/07

Le Maroc veut accélérer la transition énergétique

 

Le Maroc compte accélérer davantage la transition énergétique, en révisant à la hausse ses ambitions initialement projetées en matière d’énergies renouvelables.

Selon la secrétaire d'Etat chargée du Développement durable, Nezha El Ouafi, qui intervenait dimanche à Abou Dhabi lors d'une table-ronde de haut niveau au tour du thème "Transition énergétique", le Maroc s'est doté d'une nouvelle approche consistant en l'adoption d'un programme additionnel visant à adosser à toutes les stations de dessalement d’eau de mer programmées, des unités de production d’énergies renouvelables permettant de leur assurer une autonomie et des économies énergétiques.

Après avoir souligné que la NDC (contribution déterminée au niveau national) du Maroc est très ambitieuse et conforme aux efforts visant à fixer le taux de réchauffement climatique à 1,5% C, la secrétaire d'Etat a fait savoir que cette nouvelle stratégie vise également l'exploration de nouvelles sources d’énergie, telles que la transformation énergétique des déchets (la biomasse) dans les grandes métropoles marocaines et le recours, autant que possible, aux énergies renouvelables, en maximisant ainsi l’efficacité énergétique dans les bâtiments publics, dans le cadre d’un grand programme sur l’exemplarité de l’Etat.

La contribution déterminée au niveau national du Royaume du Maroc, qui vise l’objectif de réduire de 42% les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030, repose dans une large mesure sur une transformation du secteur de l’énergie qui est menée avec la plus grande détermination politique, a-t-elle expliqué.

Le secteur énergétique contribuera, en effet, par 45% dans l’effort global de la NDC du Maroc, qui est d’ailleurs classée selon l’indice de performance climatique comme alignée avec la trajectoire de 1,5° C.

Selon El Ouafi, le modèle énergétique marocain est basé sur des orientations stratégiques, dont un mix énergétique diversifié et optimisé autour de choix technologiques fiables et compétitifs, une mobilisation des ressources énergétiques nationales par la montée en puissance des énergies renouvelables et la place accordée à l’efficacité énergétique en tant que priorité nationale.

Dans ce sens, elle a relevé que les énergies renouvelables sont une composante majeure de la stratégie énergétique du Royaume, qui dispose d’un potentiel important de ces énergies dont l’exploitation permettra de couvrir une part substantielle de ses besoins croissants en se substituant aux énergies fossiles.

La stratégie du Maroc ambitionne de porter la part des énergies renouvelables dans la puissance électrique installée à 42% en 2020 et à plus de 52% en 2030.

Néanmoins, El Ouafi a indiqué que cette transformation est tributaire d'une amélioration du cadre législatif, réglementaire et institutionnel, de la mise en place de mesures incitatives, comme les financements bonifiés accordés à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables, de la promotion de la recherche et l’innovation ainsi que de la mise en place d’établissements de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.

La réunion d'Abou Dhabi est préparatoire au Sommet Action pour le climat, prévu en septembre prochain à New York. Elle rassemble des ministres et des responsables gouvernementaux, des chefs d'entreprise et des dirigeants de la société civile pour examiner les idées, propositions et initiatives qui pourraient être annoncées ou lancées au Sommet.

développement durable
Partage RéSEAUX SOCIAUX