Economie Tout voir

Compagnies d’assurances – Intermédiaires :  La belle impasse

Compagnies d’assurances – Intermédiaires :  La belle impasse

"J’invite la Fédération nationale des agents et courtiers d'assurance au Maroc (Fnacam) et l’Union marocaine des agents et courtiers d'assurances (Umac) à s’unir en une seule entité forte».

C’était la teneur du message délivré le mercredi 3 avril dernier par le président de la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (Fmsar), Hassan Bensalah, dans son discours d’ouverture à l’occasion de la tenue de la 6ème édition du Rendez-vous de Casablanca de l’assurance.

Bensalah invitait donc ces deux entités à «fusionner» afin de pouvoir s’exprimer «d’une seule voix».

«Les portes de la Fédération seront toujours ouvertes aux agents et courtiers, mais il est souhaitable d’avoir un seul interlocuteur», avait-il ajouté.

Cet appel a été favorablement accueilli par les deux parties. Mais, visiblement, passer des mots au concret semble être autrement plus difficile.

C’est ce que l’on perçoit dans le communiqué diffusé le lundi 20 mai par l’Umac.

Si l’Union «a toujours cautionné un rapprochement constructif avec la Fnacam», elle propose toutefois deux scénarios :

 - la fusion entre les deux associations et la création d’une nouvelle entité en faisant appel aux urnes;

- la création d’une confédération régie par des statuts respectant les règles démocratiques, dont la seule finalité est la négociation avec les intervenants du secteur des revendications de l’intermédiation, principalement l’augmentation des taux de commission et la rémunération des frais de gestion.

 C’est dans ce cadre qu’une réunion entre les différents intervenants du secteur, à savoir l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS), la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (Fmsar), l’Umac et la Fnacam a été calée pour le 3 mai courant.

«Pour le bon déroulement de cette réunion, les quatre entités se sont mises d’accord pour valider, préalablement, le contenu de la déclaration qui devait être annoncée à la fin des discussions», indique l’Umac, qui dit avoir «réclamé une déclaration confirmative du président de la Fmsar».

Déclaration qui portait sur l’augmentation de 25% des taux actuels de commission et l’octroi d’une rémunération minimale de 250 DH pour chaque dossier sinistre.

«La Fmsar n’a pas donné suite à la proposition de déclaration de l’UMAC et, par conséquent, la réunion du 03 mai 2019 n’a pas eu lieu», précise le communiqué.

L’augmentation de la commission et l’amélioration de la rémunération sont de «vieilles» revendications de l’UMAC.

Actuellement, aucune évolution positive dans les rapports entre ces intermédiaires et les compagnies d’assurances n’est possible sans le traitement de ces deux points.

Et puisqu’il est peu évident que les compagnies fassent l’effort financier demandé par l’UMAC, la mission de bons offices de l’ACAPS semble vouée à l’échec.

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 12 Janvier 2022

Anouar Berra nommé DG adjoint de La Marocaine Vie

Vendredi 07 Janvier 2022

AMO: De nouvelles mesures de simplification des procédures d'immatriculation et de déclaration des ayants droit

Jeudi 06 Janvier 2022

AXA Assurance Maroc récompense ses clients fidèles

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required