Economie Tout voir

Tourisme : «La gouvernance doit absolument être vertueuse pour parvenir à une résilience rapide»

Tourisme : «La gouvernance doit absolument être vertueuse pour parvenir à une résilience rapide»

L’industrie du tourisme a connu de nombreux bouleversements, au cours des dernières années, du fait notamment de l’avènement des nouvelles technologies et des aspirations nouvelles en matière de vacances. Ainsi, les destinations les plus promptes à implémenter leur(s) écosystème(s) et à améliorer leurs connaissances des clients, consolideront leur attractivité et augmenteront leur potentiel de revenus.

Dans la perspective de cette course, l’Institut Groupe CDG a organisé jeudi 29 septembre un webinaire sous le thème «Impulser les écosystèmes du tourisme», qui a réuni un certain nombre d’experts et de parties prenantes. Et ce, en vue de dresser les pistes d’impulsion et de multiplication des options opérationnelles pour la montée en gamme, la professionnalisation et l’intégration des écosystèmes du tourisme.

Le secteur touristique national s’est confirmé comme un secteur productif capable d’imprimer, par ses ressources culturelles et naturelles, un développement socioéconomique significatif et de générer des effets multiplicateurs sur le reste de l’économie.

«Le tourisme constitue une composante majeure de l’économie du pays puis un levier qui peut apporter une réelle valeur ajoutée pour le développement territorial local notamment en matière d’emploi, de formation, etc. Malheureusement, il a subi des conséquences indélébiles suite à la crise du Covid-19. Aujourd’hui, pour redynamiser et réinventer ce secteur dans ce nouvel environnement post-covid et au-delà des initiatives nationales qui ont été mises en place notamment des subventions et des aides étatiques, je dirais que l’intégration des initiatives locales et des programmes d’accompagnement à l'entrepreneuriat est plus que nécessaire pour apporter de la richesse et permettre aussi de repenser ce tourisme aussi bien sur le plan national qu’international», a expliqué Housna Medaghri Alaoui, directrice Innovation et Business transformation, Madaëf, Groupe CDG.

Fort de ce potentiel qu’il convient d’exploiter davantage, la commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) a inscrit le secteur dans sa vision du Maroc de demain en recommandant entre autres, le soutien aux initiatives entrepreneuriales, particulièrement pour le développement de TPME à portée locale. Le dessein poursuivi est de tirer parti des flux de touristes et de projets hôteliers pour asseoir une dynamique territoriale pérenne structurée par le tourisme.

C’est le choix qui a été fait par Madaëf, le fonds d’investissement touristique du Groupe CDG, en initiant, en 2020, le programme entrepreneurial «Madaëf Éco6». Celui-ci s’est attaché, à travers une approche alliant territorialité et développement de propositions de valeur autour d’initiatives locales, à cinq territoires (Taghazout Bay, Saïdia, Tamuda Bay, Al Hoceima et Fès) et à une activité spécifique (le golf). Au terme de cette première phase, le programme a retenu 75 projets permettant de jeter les bases des premiers écosystèmes touristiques coordonnés par Madaëf et réunis autour de ses établissements.

«La promotion de l’entrepreneuriat et l’encouragement de l’essor des PME sont des mesures qui ont été entamées depuis un certain temps avec les pouvoirs publics à travers différentes initiatives notamment la loi sur les CRI, l’instauration du comité régional unifié de l’investissement et puis d’autres dispositifs d’accompagnement. Mais l’objectif, c’est vraiment de prioriser les programmes qui sont dédiés à la promotion touristique car ce sont des projets qui pourraient contribuer très fortement au développement territorial local», renchérit Housna Medaghri Alaoui

Ces écosystèmes, par la proposition de valeur et l’expérience client qu’ils portent, projettent un territoire à vocation touristique au rang de destination touristique, devenant ainsi une option du développement territorial. Pour tenir cette promesse, une gouvernance entourant les écosystèmes du tourisme est nécessaire pour créer une dynamique collective entre les acteurs déjà engagés et les pouvoirs publics à plusieurs niveaux, la promotion du tourisme étant, désormais, une compétence partagée entre l’État et la région.

Pour Jean-Luc Boulin, consultant en tourisme, «nous sommes dans une situation où la gouvernance doit absolument être vertueuse pour pouvoir arriver à anticiper et à avoir une résilience rapide par rapport à des crises successives. Cela veut dire qu’il faut être en bonne marche à la prochaine crise qui peut-être arrivera que dans cinq ans ou dix ans ou alors même dans six mois. Pour préserver l’outil de production, pouvoir repartir au plus vite et si les professionnels du tourisme ou le public agissent chacun indépendamment de l’autre et qu’il n’y a pas d’offre touristique organisée, c’est très compliqué pour un gouvernement ou pour une région de pouvoir faire de la promotion touristique».

Et de poursuivre : «Je pense que l’enjeu aujourd’hui n’est plus tant sur la promotion mais c’est dans la nature des moyens qui sont mis par les puissances publiques, dont c’est le rôle de s’occuper d’une industrie aussi importante que celle du tourisme et dans la façon de le faire. Il faut faire un pas de côté dans la façon dont on gère les destinations touristiques en 2022, il faudra alors arrêter les aspects promotionnels ou alors sur des niches ou sur des marchés bien ciblés, mais pour ce qui est de la promotion globale, je pense que les sommes qui y sont consacrées, pourront être employées au marketing de l’offre, à l’organisation de l’offre, à s’assurer des compétences présentes et à coordonner des reprises dans des situations difficiles».

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 29 Novembre 2022

CDG Invest prend une participation minoritaire dans le Groupe Vita Couture

Vendredi 25 Novembre 2022

Tourisme : Le Maroc et l’OMT s’allient pour promouvoir l’investissement, l’innovation et la digitalisation du secteur

Jeudi 24 Novembre 2022

Le Conseil exécutif de l’OMT se tient à Marrakech

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required