Politique Tout voir

Gouvernement Akhannouch : Place au pragmatisme

Gouvernement Akhannouch : Place au pragmatisme

À plus d'un mois de la prise des commandes par le nouveau gouvernement marocain, mené par Aziz Akhannouch, nous avons aujourd'hui quelques grandes lignes de la feuille de route telle que présentée par le chef du gouvernement. Ceci nous permet de voir à quel point cette feuille de route est logique, rationnelle, faisable, applicable et fiable.

 

Concrètement, Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement marocain, met en avant une décision de taille. Il promet la création d’un million d’emplois d’ici 2026, avec le lancement d’un programme d’urgence pour la création de 250.000 emplois à travers les projets relevant de la commande publique. C’est là une mesure d’urgence qui répond au fait que durant la pandémie de la Covid-19, pas moins de 600.000 emplois ont été perdus. Une crise sanitaire qui a, selon le RNI, profondément impacté toutes les couches sociales, générant plus de chômage et consacrant la précarité de millions de familles marocaines. C’est là un pari fort du gouvernement. Réussira-t-il à le traduire sur le terrain des réalités ? Il faut attendre au moins le mi-mandat pour se prononcer.

Toujours face à la grave crise sanitaire qui frappe le pays de plein fouet, le RNI propose la mise en place d’une carte d’identité médicale, baptisée «Riaya». Une carte qui va permettre aux Marocains, selon Aziz Akhannouch, d’accéder aux soins dans les établissements de santé. Toujours dans le cadre de la santé, le président du RNI propose de verser une allocation sociale de 300 DH, à partir de 2022, pour chaque enfant scolarisé dans la limite de trois enfants, en plus d’une prime de naissance d’un montant de 2.000 DH en faveur des parents ainsi que la couverture des examens médicaux durant la période de la grossesse. Ce sont là des mesures importantes qui peuvent résoudre de nombreux problèmes, surtout au niveau des populations les plus défavorisées, livrées à elles-mêmes et luttant sans moyens contre la précarité et la pauvreté.

300 dirhams, ce n’est pas la panacée, mais c’est un pas qu’il faut concrétiser, sachant qu’une telle somme fait une grande différence au sein des familles pauvres. C’est dans ce sens que ce nouveau gouvernement doit faire de la question sociale sa plus grande priorité, car il ne peut gagner la confiance des Marocains qu’en étant dans la proximité, au fait des priorités des citoyens, répondant avec efficacité aux attentes des uns et des autres, par des choses concrètes. C’est avec des aides ciblées et directes injectées dans le corps social que ce gouvernement pourra asseoir une certaine légitimité et engrangera des points positifs pour l’après 2026. Autrement dit, Aziz Akhannouch doit installer sa vision sociale dans la durée, la politique étant une course d’endurance et non une course de vitesse. 

Parmi la batterie de mesures promises par le chef du gouvernement, il y a cette proposition du versement d’un revenu mensuel de 1.000 DH à l’horizon 2026 pour chaque Marocain âgé de plus 65 ans et ne bénéficiant pas de protection sociale. Une telle somme semble certes dérisoire au vu de la cherté de la vie au Maroc aujourd’hui, mais c’est un pas en avant. Avec 500 dirhams de plus, on aurait pu garantir à ces personnes une somme de 50 dirhams par jour pour survivre, mais cet acquis présage déjà d’une volonté certaine de ce gouvernement de s’occuper des plus pauvres, des personnes âgées en situation précaire, des laissés-pour-compte et des plus marginalisés.

Ce sont-là quelques mesures qui peuvent calmer un peu la grogne sociale, étant donné la crise que traverse le Maroc depuis quelques années. Une crise accentuée par la pandémie et la perte de travail pour des millions de Marocains qui souffrent au quotidien, tirent la langue et qui disent être oubliés par leur pays et par ses instances. C’est ce sentiment d’insécurité des populations qu’il faut à tout prix changer, avec des actions citoyennes multiples qui mettent le Marocain au cœur des toutes les urgences nationales.

 

 

Par Abdelhak Najib
Écrivain-journaliste

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 02 Decembre 2021

Covid-19 : 135 nouveaux cas et 3 décès ce jeudi au Maroc

Jeudi 02 Decembre 2021

Marché de l'automobile: Les ventes en baisse de 2,67% en novembre

Mercredi 01 Decembre 2021

Education nationale: Benmoussa imprime sa méthode

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required