Plus d'infos Tout voir

Coopération: le Maroc et l’OMS prêts à relever le pari de la résilience

Coopération: le Maroc et l’OMS prêts à relever le pari de la résilience

La coopération entre le Maroc et l’Organisation mondiale de la santé s’inscrit dans la volonté et l’ambition du Royaume de mener une réforme structurelle de son système de santé. 

La nouvelle stratégie entre les deux parties incite à mener des actions concrètes afin de relever les défis sanitaires futurs. 

 

Par M. Boukhari

Réformer le secteur de la santé, c’est s’engager à garantir un avenir meilleur à sa population. Ce challenge, le Maroc a clamé haut et fort vouloir le relever, notamment à travers le projet de refonte du système de santé, dont la première graine a été semée en 2022. Aujourd’hui, les efforts se poursuivent afin de permettre la réussite de ce grand chantier national. 

La stratégie de coopération entre le Maroc et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la période 2023-2027 tombe ainsi à point nommé afin d’insuffler un nouvel élan au secteur sanitaire marocain.  Paraphée par le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb, et la représentante de l'OMS au Maroc, Maryam Bigdeli, cette stratégie trace les orientations stratégiques de l'appui technique de l'institution onusienne en matière de renforcement du secteur de la santé au Maroc, en plus de la consolidation de la collaboration bilatérale en vue d'améliorer la santé et le bien-être du citoyen marocain.

 

4 priorités stratégiques

Dr. Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en systèmes et politiques de santé et vice-président de la Fédération nationale de la santé (FNS), estime que cette nouvelle stratégie de coopération entre le ministère de la Santé et l’OMS permettra au Maroc de profiter pleinement de l’expertise et de l’accompagnement de celle-ci, surtout dans ce contexte particulier marqué par la mise à niveau de notre système de santé.  «Grâce à une vision globale et une parfaite maîtrise des questions liées à la santé à l’échelle planétaire, l’OMS sera d’un appui non négligeable au Maroc dans tout ce qui concerne l’élaboration de programmes pour faire face aux urgences sanitaires. Et ce, d’autant plus que nous entrons dans l’ère des épidémies, et il existe de nouveaux agents pathogènes qui émergent. Cette coopération nous sera également utile pour ce qui est de booster l’équité en matière d’accès aux services de santé au Maroc, en sus de sensibiliser à l’importance des autres déterminants socio-environnementaux et économiques de la santé, notamment la salubrité de l’eau et les changements climatiques», précise-t-il. 

La nouvelle stratégie Maroc-OMS, fruit d’une étroite collaboration de l’OMS et le ministère de la Santé et de la Protection sociale avec les principaux acteurs nationaux et internationaux du secteur de la santé, repose sur quatre priorités stratégiques. Il s’agit de l’appui au renforcement du système national de santé dans l’action de la généralisation de la couverture santé universelle (CSU), le renforcement de la résilience du système national de santé, l’accompagnement pour le renforcement de la gouvernance dans la dynamique de refonte du système national de santé et la promotion de la santé. Sans oublier le bien-être de la population et l’équité en santé en agissant sur les déterminants sociaux et environnementaux et en renforçant l’approche multisectorielle

 

Aux grands maux les grands remèdes

La réforme structurelle que mène le Maroc, en sus desdites priorités stratégiques, est une réponse aux différents défis qui empêchent aujourd’hui le secteur de la santé de sortir la tête de l’eau.  «Tout d’abord, nous assistons à une transition démographique marquée par un vieillissement de la population. On parle alors d’une personne sur 10 âgée de 60 ans, et en 2060 ce sera 1 personne sur 4. Qui dit vieillissement, dit une exposition plus accrue aux maladies chroniques telles que le diabète, l’hypertension, les cancers et autres. Celles-ci nécessitent des prises en charge très poussées, un budget conséquent, beaucoup de soins et une forte mobilisation des professionnels de santé. Le deuxième défi est l’absence d’équité caractérisant notre système de santé, en sus des disparités entre les différentes catégories sociales et les régions», explique Dr Hamdi. 

Et de poursuivre : «Un autre défi est celui du financement de la santé, qui ne constitue que 5 à 6% du budget général de l’Etat. Or, la norme est entre 10 et 12% chaque année. Il existe également le problème de la contribution des ménages aux dépenses de la santé à hauteur de 60%, dont 45% de manière directe et 15% sous forme de cotisations dans l’AMO. Ceci est nettement supérieur à la moyenne mondiale qui ne dépasse généralement pas les 20%. Le quatrième défi concerne le déficit en matière de ressources humaines, dû notamment à l’émigration des médecins. Enfin, il y a le défi du manque d’attractivité du secteur public». 

Par conséquent, moult changements sont à opérer, selon le vice-président de la FNS, à commencer par revoir la place des soins primaires et la médecine de proximité dans le système de santé. «Il est aussi question de renforcer et réguler le secteur privé ainsi qu’améliorer les prestations et services du secteur public. Aussi, multiplier les investissements dans les health tech et favoriser la résilience du système de santé et sa préparation aux crises sanitaires et défis émergents», suggère-t-il. 

Par ailleurs, le développement de la stratégie Maroc-OMS a tenu compte du chemin parcouru en matière de mise en œuvre des réformes du système de santé marocain, les orientations de la nouvelle refonte du système de santé ainsi que du programme global de l’OMS. Particulièrement, l’effort déployé à l’échelle internationale en vue de la réalisation des objectifs du développement durable (ODD). Elle s’aligne également avec le cadre de coopération des Nations unies pour le développement durable (CCDD) 2023-2027. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 19 Juin 2024

Trois projets de décret au menu du Conseil de gouvernement

Mercredi 19 Juin 2024

Sahara : La Guinée exprime son soutien à l'initiative marocaine d'autonomie

Mercredi 19 Juin 2024

A l’international, l’artisanat marocain a le vent en poupe

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required