Plus d'infos Tout voir

CropLife Maroc et CropLife Afrique Moyen-Orient plaident pour une agriculture durable

CropLife Maroc et CropLife Afrique Moyen-Orient plaident pour une agriculture durable

CropLife Maroc et CropLife Afrique Moyen-Orient, ont organisé jeudi 15 février à Rabat un workshop sous le thème : «Promouvoir la transition de l’agriculture marocaine vers des systèmes alimentaires durables : de la théorie à l’action». 

 

Dans la conjoncture où le stress hydrique, les changements climatiques, la pression accrue des nouveaux ravageurs et la recrudescence de maladies des plantes font partie des nouveaux axiomes des dernières décennies, l'agriculture au Maroc se forcée de faire face à plusieurs menaces en 2024. Elle est confrontée à trois défis concomitants de sorte qu’elle est contrainte de réussir sa transition vers des systèmes alimentaires plus durables, d’une part et de réduire l'insécurité alimentaire d’autre part. Sans oublier le devoir de maintenir la compétitivité du pays en tant que partenaire commercial majeur de plusieurs marchés internationaux.

Concilier la durabilité économique, sociale et environnementale de façon viable s’impose alors comme le vrai challenge des années à venir.

Ainsi, cet événement qui a réuni plusieurs parties prenantes de la chaîne de valeur alimentaire, des secteurs publics et privés, a été l’occasion d’échanger autour des défis qui s’imposent à l’agriculture au Maroc,mais surtout des opportunités d’assurer la transition vers des systèmes durables localisée tout en garantissant la sécurité alimentaire nationale.

Afin de transitionner vers des systèmes alimentaires durables, tout en réalisant les objectifs du «Plan Génération Vert 2020-2030», CropLife Maroc et CropLife Afrique Moyen-Orient rappellent qu’il est essentiel de fournir aux agriculteurs marocains les outils nécessaires. En outre, ils notent que le Maroc dépend beaucoup des importations pour assurer son approvisionnement alimentaire et éviter les menaces sur la sécurité alimentaire lors des périodes difficiles de récolte. Ainsi, pour conserver sa position d’exportateur agricole et de partenaire commercial majeur sur plusieurs marchés internationaux, il est donc primordial que le Maroc continue de développer et de enforcer ses filières agricoles.

Dans ce contexte, CropLife Maroc et CropLife Afrique Moyen-Orient appellent à une transition verte agricole localisée au Maroc, qui prend en compte les caractéristiques géographiques, climatiques et économiques du pays, tout en favorisant une augmentation de la productivité agricole et apportant ainsi une contribution positive à l'économie locale.

Plusieurs éléments clés à la réussite de cette transition ont été identifiés, tels que le besoin de périodes de transition suffisantes pour les agriculteurs lors du retrait de produits phytopharmaceutiques du marché, ou encore l’octroi des dérogations d’urgence qui permettraient l’utilisation temporaire d’un PPP dans des circonstances particulières, à l’instar des cas de plusieurs pays de l’UE. L’accent a également été mis sur la nécessité de développer des mécanismes de concertation entre les pouvoirs publics, les scientifiques et les professionnels, notamment afin de mettre en place un cadre réglementaire favorable à l'innovation et à la recherche agricole pour développer des solutions alternatives – chimiques ou biologiques - aux solutions conventionnelles.

S’exprimant à cette occasion, Dr Amellal, DG de CropLife Afrique Moyen-Orient, a affirmé que «bien que nos agriculteurs possèdent une remarquable capacité à s'adapter aux changements, ils ont également besoin d’outils appropriés pour ce faire. Chez CropLife, nous sommes convaincus que cela peut être réalisé grâce à l'utilisation de solutions technologiques et innovantes dans le domaine agricole, ainsi qu'à la coopération entre le secteur public et privé afin d'établir un cadrelégislatif nécessaire, basé sur la science».

CropLife Maroc et CropLife Afrique Moyen-Orient ont revendiqué une transition vers des systèmes alimentaires durables qui soit localisée et alignée avec les besoins du Maroc. Ils appellent à encourager la collaboration public-privé pour les études et les essais de promotion de nouvelles approches novatrices chimiques et biologiques et s’engagent à soutenir les initiatives qui promeuvent l'agriculture durable, protègent les agriculteurs et garantissent un approvisionnement alimentaire sûr et sécurisé.

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 10 Avril 2024

Stress hydrique : Les gérants des hammams redoutent le retour des fermetures

Mardi 09 Avril 2024

Cultures printanières et alimentation de bétail : CAM accompagne les exploitants à travers des offres de financement dédiées

Mardi 09 Avril 2024

AMO : La Comader appelle les agriculteurs à régulariser leur situation

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required