Plus d'infos Tout voir

Veille et revue de presse : L’ANME en colère contre certains prestataires

Veille et revue de presse : L’ANME en colère contre certains prestataires

L'Association nationale des médias et des éditeurs (ANME) vient de publier un communiqué fustigeant les pratiques de certains prestataires de services.

 

L’ANME, qui regroupe des éditeurs de presse papier et électronique, indique qu’elle a été alertée par plusieurs de ses membres sur les pratiques de certains prestataires de "veille et de revue de presse" qui violent les lois marocaines et portent atteinte à leurs droits de propriété intellectuelle et à leurs intérêts.

En effet, ces entreprises vendent à leurs clients un «service» de fourniture sous différents formats (papier, pdf, e-mails, bases de données...) de copies totales ou partielles d'articles publiés dans les supports de presse marocains, indique l’Association.

Après avoir mené ses investigations, l'ANME a pu confirmer l'existence de ces pratiques, a identifié plusieurs entreprises qui se livrent à cette activité illégale et a réuni de nombreuses preuves en ce sens.

L'ANME rappelle qu'il est illégal de copier, scanner, reproduire, archiver, diffuser sous quelque forme que ce soit, par quelque procédé que ce soit, un article de presse publié sous format papier ou électronique, et ce qu'il soit libre d'accès ou réservé aux abonnés.

Les articles de la presse marocaine sont protégés par différents textes de loi, dont celui sur les droits d'auteur et les droits voisins, le code de la presse et le code pénal, indique l’Association.

Qui rappelle que toute entreprise ou personne se rendant coupable de ces pratiques illégales peut faire l'objet de poursuites judiciaires au civil et au pénal.

Par ailleurs, les clients de ces prestations, entreprises et organismes privés ou publics ou administrations peuvent être considérés comme complices, ajoute-t-elle.

L'ANME précise qu’elle a mis en demeure plusieurs de ces prestataires afin qu'ils cessent de commercialiser ces «services» et entament un processus d'indemnisation des éditeurs sur les années de vente illégale de leurs contenus.

L'ANME se réserve le droit de prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre les intérêts légitimes de ses membres, y compris le recours en justice, souligne-t-elle, invitant les prestataires ainsi que leurs clients à se mettre immédiatement en conformité avec la loi.

L'ANME rappelle enfin qu'il existe des prestataires qui livrent à leurs clients une revue de presse légale, comportant seulement le titre du journal, le titre de l'article et une référence (date de publication, lien éventuel vers l'article). Ces prestataires sont les partenaires de la presse marocaine.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 29 Aout 2023

ANME: Une assemblée générale sous le signe de l’unité

Jeudi 01 Juin 2023

L'ANME condamne l’expulsion arbitraire d’Abdessamad Nasser par la chaîne Al-Jazeera

Jeudi 04 Mai 2023

Liberté de la presse au Maroc : L’ANME dénonce le rapport "fallacieux" de Reporters sans frontières

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required