Plus d'infos Tout voir

Tayeb Hamdi : Le sous-variant d’Omicron nécessite plus de vigilance que d’inquiétude

Tayeb Hamdi : Le sous-variant d’Omicron nécessite plus de vigilance que d’inquiétude

Les premières observations de l’évolution de la situation épidémique en Inde, d’où BA.2 est soupçonné être originaire, et au Danemark, où il est devenu majoritaire, laissent supposer que la virulence serait la même qu’Omicron.

Le sous-variant d'Omicron BA.2 nécessite, selon les connaissances et données disponibles à ce jour, plus de vigilance que d’inquiétude, a indiqué samedi le médecin et chercheur en systèmes et politiques de santé, Tayeb Hamdi.

Rappelant à cet égard que tant que la pandémie est là, le seul moyen d’éviter les mauvaises surprises demeure la vaccination et le respect des mesures barrières, il a toutefois fait observer dans une analyse intitulée "Le sous-variant BA.2 : la pandémie n’est pas derrière nous.", que BA.2 n’est pas un nouveau variant proprement dit, mais "un sous-variant de la même lignée d’Omicron".

Il comporte une trentaine de mutations de plus que l’omicron "original", dont presque une dizaine sur la protéine Spike qui permet l’entrée du virus dans la cellule humaine et qui est aussi la cible des vaccins, a-t-il expliqué.

Selon le médecin, la communauté scientifique soupçonne ce sous-variant d’être plus transmissible que l’Omicron "original", qui lui-même est déjà hautement contagieux et responsable de ces grandes vagues qui frappent plusieurs pays.

BA.2 a été détecté pour la première fois en Chine le 31 décembre dernier sur un homme qui revenait de l’Inde, est déjà présent aujourd’hui dans plus de 40 pays, dont Israël, les USA, le Canada, le Danemark, l’Australie, l’Afrique du Sud, la Grande Bretagne, la France, a-t-il fait savoir, ajoutant que cette propagation planétaire est un premier indicateur de forte transmissibilité.

S'agissant de la propagation de ce sous-variant, il a souligné qu'au Danemark, il a plus que doublé son taux en l’espace de moins de trois semaines, en passant de 20% à 45% des variants détectés.

"Au moment où le Danemark devait connaitre une décélération de la vague Omicron, celle-ci a subitement repris, certainement sous l’effet de BA.2", a-t-il fait remarquer, estimant que les scientifiques pensent aussi que la persistance de la vague en France au-delà des prévisions serait peut-être en liaison avec ce sous-variant.

Les premières observations de l’évolution de la situation épidémique en Inde, d’où BA.2 est soupçonné être originaire, et au Danemark, où il est devenu majoritaire, laissent supposer que la virulence serait la même qu’Omicron, a-t-il précisé, notant que même si rien n’est encore certain, la résistance aux vaccins et à l’immunité acquise par une infection antérieure, ne serait pas différente de celle d’Omicron.

En ce qui concerne les tests de dépistage, le médecin chercheur a souligné leurs efficacité face aux infections par ce sous-variant.

Ce dernier échappe malheureusement au criblage par PCR, qui est une méthode intermédiaire entre un PCR normal, qui ne reconnait pas les variants, et le séquençage long et couteux, qui donne une cartographie exacte de la structure du virus avec toutes ses mutations.

Pour Hamdi, si les données de contagiosité de BA.2 largement supérieure à Omicron se confirment, il se propagera vite à l’échelle planétaire en quelques semaines.

"Avec une virulence et un échappement immunitaire qui seraient similaires à Omicron, ce sous-variant ne risquerait pas de dramatiser l’évolution de la pandémie, sauf rendre les vagues actuelles plus hautes et plus longues que prévues", a-t-il estimé.

Devant cette incertitude, le médecin-chercheur a appelé à la vigilance, au respect des mesures barrières individuelles et collectives et à une vaccination selon un schéma complet.

L’émergence de ce sous-variant rappelle une vérité : celle d'une pandémie qui est toujours là, et on ne peut admettre qu’elle est derrière nous qu’une fois le virus ne circule plus d’une manière épidémique grâce la vigilance de toutes et de tous, au respect des mesures barrières et à la vaccination large, rapide et compète, a-t-il conclu.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 20 Mai 2022

Covid-19 : Plus de 150 nouveaux cas ce 20 mai au Maroc

Jeudi 19 Mai 2022

BA.4 et BA.5: Ces «variants préoccupants»

Jeudi 19 Mai 2022

Covid-19 : 124 nouveaux cas ce jeudi au Maroc

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required