Société Tout voir

Le Maroc et ses terroristes : Le pacte de la mort

Le Maroc et ses terroristes : Le pacte de la mort

Face à la multiplication des attentats terroristes en Europe et aux moyens utilisés pour commettre de tels actes, une nouvelle expression commence à se propager dans les médias : «terrorisme low cost». Personnellement, c’est une expression que je n’apprécie guère, car un terroriste reste un terroriste, qu’il utilise une voiture-bélier, une kalachnikov, une voiture piégée ou un simple couteau. L’objectif recherché étant le même : faire le maximum de victimes et d’une manière aussi spectaculaire que sanguinaire. Au Maroc cependant, les terroristes sont répartis en deux groupes. D’un côté, il y a les terroristes que je qualifierais de «classiques», plongés dans l’obscurantisme et traqués régulièrement par notre FBI national, le Bureau central d’investigations judiciaires. De l’autre, il y a les terroristes de la route, plus nombreux encore, qui tuent à répétition, tous les jours. Oui, tous ces gens qui se bourrent la g…  et se droguent avant de prendre le volant, ou qui jouent à Michaël Schumacher dans les ruelles de la cité… sont des terroristes. Car de leur inconséquence naissent des drames horribles. Leur inconscience brise à jamais des familles. Ils tuent et mutilent.

Les routes marocaines font plus de 4.000 morts par an. Parce qu’elles sont défectueuses ? Parce qu’elles sont mal faites ? Ne serait-ce pas plutôt parce que certains automobilistes qui les empruntent, en bafouant les règles du code de la route, ont signé avec elles le pacte de la mort ? Entre le 29 mai dernier et le 4 juin courant, quinze personnes ont été tuées et 1.551 autres blessées, dont 64 grièvement, dans 1.140 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain. Ces accidents sont principalement dus au défaut de maîtrise des véhicules, à l'inadvertance des piétons et des conducteurs, à l'excès de vitesse, au non-respect de la priorité, au changement de direction non-autorisé, à la conduite en état d'ivresse, au non-respect des feux de signalisation et du stop, à la circulation sur la voie gauche et en sens interdit et au dépassement non autorisé. L'état des routes est-il impliqué dans ces accidents ? Non.

Par ailleurs, lundi dernier, douze personnes ont été également tuées et 39 autres blessées suite au renversement d’un autocar de transport de voyageurs qui provenait de la ville de Meknès et se dirigeait vers Marrakech. On ne connaît certes pas encore les circonstances de ce drame. Mais une chose est sûre : ce 5 juin, le deuil a malheureusement et inopinément frappé à la porte de plusieurs familles marocaines. Alors, il ne faut jamais se dire que ça n’arrive qu’aux autres. 

D.W.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 03 Avril 2021

Renversement d’un autocar à Kénitra: Deux morts et 30 blessés

Mercredi 31 Mars 2021

Province de Ouezzane: Un décès et 16 personnes blessées dans un accident de la route

Vendredi 19 Fevrier 2021

El Otmani se félicite de la baisse des accidents de la route en 2020

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required