International Tout voir

Cameroun : A 85 ans, Paul Biya veut mourir au pouvoir

Cameroun : A 85 ans, Paul Biya veut mourir au pouvoir

Au Cameroun, l’alternance n’existe pas dans le vocabulaire politique. En tout cas, pas du côté du pouvoir incarné par l’inoxydable Paul Biya.

A 85 ans, le président camerounais a décidé de présenter sa candidature à un septième mandat consécutif à la tête du pays lors de l'élection présidentielle prévue le 7 octobre.

"Je serai votre candidat à la prochaine élection présidentielle", a déclaré le chef de l'Etat sur les réseaux sociaux, se disant "conscient des défis que nous devons ensemble relever pour un Cameroun encore plus uni, stable et prospère".

La candidature à un autre mandat était une réponse à des "appels incessants" de ses "compatriotes du Cameroun et de la diaspora", indique-t-il.

Biya perpétue donc une tradition (présidentielle) bien africaine : celle de vouloir s’accrocher au pouvoir… jusqu’au dernier souffle de sa vie.

C’est dire qu’il n’est pas le seul dans le continent africain à avoir banni l’alternance du jeu politique. Il y a aussi :

- Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (76 ans), au pouvoir en Guinée Equatoriale depuis 1979, soit 39 ans de règne. Là-bas, le pouvoir se filialise, puisque son fils aîné, Teodoro Nguema Obiang Mangue (48 ans), est vice-président du pays depuis juin 2016.

- Yoweri Museveni, 74 ans, qui règne sur l’Ouganda depuis 32 ans.

- Ou encore Denis Sassou-Nguesso, qui a dirigé le Congo sur deux périodes : de 1979 à 1992, et depuis 1997, soit au total 34 ans.

A côté d’eux, José Eduardo Dos Santos (76 ans) n’a rendu les clés du pouvoir angolais qu’en 2017, après 38 ans à la tête de ce pays.

Idem pour Robert Mugabe qui, après 43 ans de vie politique, dont 30 ans à diriger le Zimbabwe, a été contraint par l’armée à démissionner en 2017 à l’âge de 93 ans.

Je le disais tantôt ici : même s’il l’accepte de moins en moins, le peuple africain s’est depuis longtemps habitué à cette trempe de dirigeants obnubilés par le pouvoir et qui s’y agrippent, quitte à travestir les résultats des urnes, tripatouiller la Constitution, voire réprimer dans le sang les esprits rebelles.

L’Afrique n’en a donc pas encore fini avec les autocraties. Et il en sera ainsi tant que la politique servira d’ascenseur social.

D. W.

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 07 Mai 2022

Mondial 2022: La Fifa rejette le recours de l’Algérie sur son barrage contre le Cameroun

Samedi 29 Janvier 2022

CAN-2021 : Le Cameroun bat la Gambie et va en demi-finales

Samedi 08 Janvier 2022

La CAF approuve l'augmentation des primes de la Coupe d'Afrique des Nations

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required