Inscrivez-vous à notre newsletter


×

COP25 : Une belle mascarade ?

Lundi 02 Decembre 2019 Par Laquotidienne

 

Pendant près de deux semaines, Madrid va focaliser l’attention.

C’est là-bas que se poursuit la fameuse bataille contre le changement climatique, dans le cadre notamment de la COP25 qui se tient du 2 au 13 décembre.

Une 25ème COP où vont se multiplier, l'on sen doute, les diagnostics alarmants et les engagements de circonstance.

La COP sert-elle finalement à quelque chose, si ce n’est qu’elle ressemble de plus en plus à un lieu de retrouvailles pour papotages inutiles ?

On ne peut dire autre chose quand on sait notamment que très peu de pays respectent les engagements qui y sont pris.

D’ailleurs, aujourd’hui, l’Accord de Paris sur le climat, signé en 2016, s’apparente davantage à une clause de style, d’autant que les émissions de CO2 sont toujours en hausse.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, l’a encore rappelé ce lundi, à l’ouverture de cet événement.

"Nous devons réduire de 7,6% par an les émissions mondiales de gaz à effet de serre entre 2020 et 2030, afin que le monde se mette sur la bonne voie pour atteindre l’objectif de limiter la hausse des températures à 1,5°C fixé par l’Accord de Paris", a-t-il précisé.

"L'Humanité, qui subit les conséquences du dérèglement climatique, doit choisir entre l'espoir d'un monde meilleur en agissant ou la résignation", a-t-il martelé.

Et ce, tout en appelant les 200 pays signataires de l'accord de Paris à prendre de réels engagements pour le climat, afin de passer à la neutralité carbone en 2050 et rester au-dessous de 1,5 degrés.

«Nos efforts collectifs pour instaurer une approche volontariste, juste et durable pour le climat doivent nous guider pour élever nos ambitions en matière de lutte contre le dérèglement climatique", a, de son côté, indiqué le chef de gouvernement marocain,  Saad Eddine El Otmani, qui se dit convaincu que cette COP va donner un nouvel élan à la dynamique enclenchée par le Sommet de l’ONU sur le Climat tenu en septembre dernier.

"Nous devons agir avec courage, ambition et détermination pour édifier un avenir meilleur et une vie digne", ajoute-t-il.

Même son de cloche pour le président chilien, Sebastian Pinera, qui n'a pas pu assister à cette conférence en raison des événements survenus dans son pays.

«Nous sommes tous responsables pour agir et édifier un avenir meilleur pour nos enfants et les futures générations», a relevé le chef d’Etat chilien, assurant que le «moment est venu pour agir avec urgence et fermeté».

De son côté, le président du gouvernement espagnol a proposé la mise en place d’un grand «Pacte vert» combinant innovation, digitalisation et emplois, assurant que la COP25, tenue à Madrid sous la présidence du Chili, doit être un «tournant» dans le processus de lutte contre le changement climatique.

On n’en doute pas : à la COP, il n’y a que de bonnes intentions.

Mais les convictions affichées par les uns et les autres ne semblent vivre que le temps que dure cet événement.

Après, on passe à autre chose. Sauf qu’il ne suffit pas de discours fleuris pour préserver planète terre.

 

Climat
Partage RéSEAUX SOCIAUX