Inscrivez-vous à notre newsletter


×

Terrorisme : Les sécuritaires marocains sous haute tension

Jeudi 12 Octobre 2017 Par Laquotidienne

Avouons-le : le Maroc est un exemple en matière de lutte contre le terrorisme. Mais surtout un allié de taille pour plusieurs pays contraints à lutter contre ce fléau devenu planétaire. Et aujourd’hui, quand bien même il convient de rester humble, son expertise est sollicitée un peu partout.

On en convient, le risque zéro n’existe nulle part. C’est la raison pour laquelle les responsables sécuritaires du pays restent vigilants et multiplient les rencontres avec leurs alliés. La semaine dernière d’ailleurs, une réunion a eu lieu entre les représentants des parquets de Belgique, de France, d’Espagne et du Royaume, à Malines (Bruxelles), dans le cadre de la coopération en matière de lutte contre le terrorisme.

Mais pourquoi alors le Maroc se distingue-t-il autant face à cette menace insidieuse et multiforme ? La réponse à cette interrogation tient en quelques mots : anticipation, collecte de renseignements, refonte du cadre législatif dédié à la lutte contre le terrorisme, réforme du champ religieux, lutte contre la précarité sociale à travers l'Initiative nationale pour le développement humain… Autant d’initiatives qui ont permis, depuis 2002, de démanteler pas moins de 175 structures terroristes et l'arrestation de plus de 2.900 personnes.

Ces chiffres, donnés lundi dernier à Casablanca par le ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur, Noureddine Boutayeb,  lors de l’Africa Security Forum, montrent l’ampleur de la tâche effectuée, mais donnent surtout froid dans le dos. Combien d’attentats ont pu ainsi être évités ? Combien de vies humaines ont été sauvées ?

On ne le saura jamais. Mais ce défi de sécurité qui se pose avec acuité force à admettre que la lutte contre ces barbares fanatiques et ces sanguinaires est permanente, et n’est pas prête de s’achever. Surtout que, face à un Daech qui essuie nombre de revers et se disloque, la plupart des Etats sont confrontés à la menace que constitue le retour de combattants désabusés qui opéraient dans différents foyers de tensions, comme notamment l’Irak et la Syrie. Et cette situation met les sécuritaires du Royaume sous haute tension, car le nombre de Marocains dans les rangs des combattants sur les différents terrains de conflits est estimé à 1.669 ! 

D. W.

BCIJ
Partage RéSEAUX SOCIAUX