Economie Tout voir

LGV : Sus aux défenseurs de la régression sociale !

LGV : Sus aux défenseurs de la régression sociale !

7 ans de travail, 23 Mds de DH investis et des tarifs très soft : c’est ainsi que se résume la Ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca, baptisée Al Boraq, et inaugurée jeudi dernier par le Roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron.

Les plus sceptiques, qui voyaient en ce grand projet un gâchis des deniers publics, doivent désormais se calmer.

Dans tout pays qui aspire à se développer, les infrastructures sont la locomotive nécessaire pour tirer l’économique.

Et la LGV marocaine s’inscrit dans cette optique, loin de toute folie de grandeur.

Elle participe de la vision du Royaume de se moderniser et de mettre en place les infrastructures nécessaires visant à fluidifier les affaires.

Et ce n’est pas la seule satisfaction : si ce projet a permis de placer le Maroc sur les radars internationaux, il a tout autant eu des retombées internes, d’autant qu’il a généré du business pour les entreprises marocaines.

Comme l’a affirmé Mohamed Rabie Khlie, DG de l’ONCF, la LGV a été réalisée à hauteur de 90% par des entreprises marocaines et devrait générer 1.500 emplois directs et 800 indirects.

Pour un pays qui face à un chômage structurel, ce n’est pas rien.

Mieux encore, les esprits critiques, qui anticipaient dès le lancement du projet des tarifs exorbitants, sont aujourd’hui dans leurs petits souliers.

La LGV n’est pas réservée à une certaine «élite», mais est bel et bien accessible à tous les Marocains, comme en témoignent les prix dévoilés.

Ils oscilleront ainsi entre 149 DH, pour un trajet Tanger-Casablanca en deuxième classe, hors heure de pointe, à 364 DH pour un siège en première classe à l’heure de grande affluence. Et de 115 à 281 DH pour Tanger-Rabat, et 93 à 244 DH pour le tronçon Tanger-Kénitra. 

La grille prévoit également des tarifs promotionnels allant de 99 à 149 DH (Tanger-Casa). Les enfants de moins de 4 ans voyagent gratuitement, alors que pour les enfants de moins de 15 ans, les tarifs ont été fixés à 50 DH pour la deuxième classe et 80 DH pour la première, quel que soit le trajet. 

De même, des réductions sont accordées aux jeunes de 16 à 26 ans (-15%), aux étudiants (-30% en 2ème classe) et aux séniors de plus de 60 ans (-15%).

Convenons donc qu’avec Al Boraq, le Maroc fait un grand saut dans la modernité dans le domaine du transport ferroviaire.

Il faut donc s’en réjouir au lieu d’être toujours dans la critique gratuite, levier de régression sociale.

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 18 Aout 2021

VIDEOS PARTENAIRES: ”حملة تواصلية موجهة للعموم تحت شعار “عاش من شافكوم (ONCF)

Mardi 20 Juillet 2021

Barid Cash/ONCF : Un partenariat pour faciliter la vente des billets de trains

Jeudi 08 Juillet 2021

Union internationale des chemins de Fer : Le Maroc élu à la Vice-présidence

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required