Economie Tout voir

Voyager au Maroc est un devoir citoyen

Voyager au Maroc est un devoir citoyen

Ce n’est en aucun cas un ordre, mais c’est du véritable patriotisme économique.

 

Par Abdelhak Najib

Un appel citoyen qui doit être entendu par tous les Marocains, désireux, cet été 2022, de prendre des vacances, d’aller se reposer, de s’offrir une parenthèse pour se ressourcer, respirer et oublier, surtout après ces deux années et demi de peur, d’angoisse et de stress. Une situation causée par la pandémie du Covid-19, qui a touché les Marocains à tous les niveaux, humain, social, sanitaire, culturel et psychologique, avec de graves problèmes générés par le chômage forcé, par la perte du travail et des moyens de subvenir à ses besoins, par les licenciements parfois abusifs, parfois obligatoires, par le manque et les frustrations de tous genres. Bref, voyager, cet été est plus qu’un loisir, c’est une nécessité sanitaire.

C’est dans ce sens, et vu tout ce que les Marocains et le Maroc ont traversé depuis mars 2020 et le premier confinement, avec les états d’urgence qui s’enchaînent et le spectre du Covid-19 qui plane toujours sur les têtes, (parce que ce n’est pas encore fin, et c’est même loin d’être derrière nous), le bon sens veut que nous voyageons tous chez nous, dans notre pays qui nous offre une variété de paysages qui en font, sans conteste l’un des plus beaux pays au monde.

Des plages magnifiques, des montagnes (l’Atlas et le Rif), deux fronts de mer (l’Atlantique et la Méditerranée), des plaines à couper le souffle, des régions désertiques de toute beauté, un Sahara avec un écotourisme local de premier ordre, des spots rares pour tous types de sports aquatiques,  des randonnées, du rafting, de l’escalade, des monuments historiques de premier ordre, inscrits au patrimoine mondial de l’humanité,  des oasis, des oueds, des canyons, des villes impériales, une grande modernité couplée à une véritable couleur locale, avec une grande authenticité, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

Sans oublier que le climat y participe pour beaucoup. Il fait beau, le soleil est toujours au rendez-vous (malgré quelques jours de canicule), avec des régions qui offrent de la fraîcheur et des niches locales méconnues du grand public et des voyageurs. Sans oublier que de très nombreux Marocains ne connaissent pas bien leur pays et sa grande diversité géographique, avec de nombreux microclimats, des parcs nationaux, des musées et des sites touristiques qui valent le détour à plus d’un égard.

À tous ces atouts, il faut ajouter qu’aujourd’hui, presque une majorité des régions marocaines offrent un parc hôtelier respectable et adaptable à toutes les bourses, malgré, il faut le souligner la cherté de certaines offres qui sont au-delà du rêve du voyageur marocain, alors que le bon sens voudrait que l’on adapte, justement après la crise, les prix et les tarifs, en les revoyant à la baisse pour attirer le maximum de touristes marocains désireux de dépenser leur argent chez eux, participant ainsi à la reprise de l’économie nationale, qui souffre encore à plusieurs niveaux.

Reste que quand on fait le tour des offres proposées, on se rend compte que l’impératif de faire du bénéfice et de récupérer le manque à gagner durant ces deux années de crise l’emporte, chez certaines structures hôtelières, sur le sens du devoir national, sur la promotion du tourisme intérieur, en privilégiant une clientèle nationale qui doit aussi être prioritaire et jouir de nombreux avantages pour l’inciter à investir dans l’économie locale et régionale.

C’est aussi dans ce sens qu’il est du devoir de la classe politique marocaine de donner l’exemple en voyageant au Maroc et en incitant tous les membres du gouvernement, ministres, ministres délégués et leurs collaborateurs, députés et parlementaires, hauts fonctionnaires, présidents des grands groupes et holdings, patrons et hommes d’affaires, dans leur grande variété, qui ont tous le devoir de promouvoir le tourisme national, de participer à remplir les caisses et à donner un réel coup de boost au milieu des affaires.  

C’est dans cet esprit que nos chers compatriotes devraient réfléchir plutôt deux fois qu’une avant de prendre un avion pour Paris ou pour la Costa Del Sol. Ce ne sont pas les endroits touristiques de premier choix qui manquent au Maroc. Avec, bien entendu, la conscience qu’il faut respecter les règles sanitaires en vigueur pour éviter certains désagréments. Vous pouvez bien faire bronzette en mettant trois bons mètres entre votre serviette et celle de la voisine; vous pouvez prendre un bon thé ou tout autre breuvage de votre choix en exigeant de rester loin des autres tables; vous pouvez manger partout en observant le même protocole, à savoir, de la distance suffisamment claire pour vous protéger et protéger les autres. Vous pouvez jouir de tout ceci avec en prime la beauté d’un pays qui au-delà de sa nature exceptionnelle, offre l’une des plus belles gastronomie du monde.

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 30 Septembre 2022

Maroc: la croissance à 2% au T2-2022

Jeudi 29 Septembre 2022

Covid-19: prolongation de l'état d'urgence sanitaire au Maroc jusqu'à fin octobre

Jeudi 29 Septembre 2022

Le Maroc assure à partir du 1er octobre la présidence du CPS-UA

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required