Développement durable Tout voir

Des experts de l'ONU alertent une nouvelle fois sur les conséquences de l’inaction climatique

Des experts de l'ONU alertent une nouvelle fois sur les conséquences de l’inaction climatique

Des experts de l’ONU regroupés au sein Conseil mondial du climat (GIEC), ont une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme sur les conséquences de l’inaction climatique.

"C'est maintenant ou jamais", a résumé Jim Skea, coprésident du groupe ayant produit le troisième et dernier volet du sixième rapport du GIEC, publié lundi.

Sans une réduction "rapide, radicale et le plus souvent immédiate" des émissions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs, il ne sera pas possible de limiter le réchauffement à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, ni même à +2°C, lit-on dans ce rapport.

Les Etats s'y sont pourtant engagés en signant l'accord de Paris mais ils ne sont pour l'instant pas à la hauteur de l'enjeu, alors qu'un réchauffement de +1,1°C rend d'ores et déjà "très vulnérable" la moitié de l'humanité, frappée par des canicules, sécheresses, tempêtes et inondations qui se multiplient.

D’après les experts de l’ONU, sans un renforcement des politiques actuelles, le monde se dirige vers un réchauffement de +3,2°C d'ici 2100. Et même si les engagements pris par les Etats étaient tenus, le mercure monterait de +2,8°C, alors que chaque dixième de degré supplémentaire provoque son lot de nouvelles catastrophes climatiques.

Pour ne pas aller droit vers cet avenir de souffrances, il faudrait que les émissions atteignent leur pic avant 2025, dans moins de trois ans, et diminuent de près de la moitié d'ici 2030 par rapport à 2019, selon le Giec.

"Nous sommes à un tournant. Nos décisions aujourd'hui peuvent assurer un avenir vivable", insiste le patron du Giec Hoesung Lee, assurant que ce nouveau rapport donne les "outils" pour le faire.

Pour respecter +1,5°C, l'usage du charbon sans capture de carbone (une technologie non mature à grande échelle) devrait être totalement stoppé et ceux du pétrole et du gaz réduits de 60% et 70%, respectivement, d'ici 2050 par rapport aux niveaux de 2019.

Au delà de l'énergie, qui représente environ un tiers des émissions, tous les secteurs (transports, industrie, agriculture, bâtiments...) doivent également entamer leur mue rapide, de la réduction de la déforestation à la rénovation énergétique des logements, en passant par l'électrification des véhicules.

Sans oublier le déploiement de méthodes de captage et de stockage du carbone qui seront "inévitables" pour parvenir à la neutralité carbone, qui doit intervenir au début des années 2050 pour respecter +1,5°C.

Pour la première fois, les experts de l'ONU consacrent également un chapitre entier à la demande, estimant qu'agir sur ce levier, notamment sur les comportements des consommateurs, pourrait réduire les émissions de 40 à 70% d'ici 2050.

"Mettre d'accord la communauté scientifique et les gouvernements sur le résumé pour les décideurs n'a pas été facile, ce qui prouve une chose plus que tout: le temps des décisions est venu", a commenté Elmar Kriegler, l'un des auteurs.

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 15 Mai 2022

Omar Hilale, l’homme qui gueule à l’oreille de la diplomatie algérienne

Jeudi 12 Mai 2022

Ports : La BERD accorde un prêt de 40 millions d’euros à l’ANP

Lundi 09 Mai 2022

Mohammed VI : «Le combat contre la désertification et la dégradation des terres est véritablement une lutte existentielle»

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required