Economie Tout voir

Banque mondiale/MENA : «L’usage du paiement mobile n’est pas à la hauteur des attentes»

Banque mondiale/MENA : «L’usage du paiement mobile n’est pas à la hauteur des attentes»

Selon un nouveau rapport de la Banque mondiale, l’adoption universelle des technologies numériques dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) pourrait procurer d’immenses bénéfices socioéconomiques, avec à la clé plusieurs centaines de milliards de dollars chaque année et la création des nombreux emplois qui font aujourd’hui défaut.

Le rapport, intitulé «Les avantages du numérique pour les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord : L’adoption des technologies numériques peut accélérer la croissance et créer des emplois», démontre avec précision comment l’utilisation généralisée de services numériques tels que l’argent mobile et les paiements dématérialisés est susceptible de stimuler fortement la croissance économique. Cet effet d'expansion s’explique principalement par le fait que les technologies numériques réduisent les coûts d’information qui entravent les transactions économiques; ces coûts sont d’autant plus faibles que les utilisateurs sont nombreux. 

Le rapport met en évidence un paradoxe propre à la région MENA : alors que le niveau d’adoption des réseaux sociaux par la population est élevé par rapport aux niveaux de PIB par habitant, l’usage d’internet et des outils numériques, tels que les paiements par téléphonie mobile, n’est pas à la hauteur des attentes. Environ 66% des habitants de la région MENA utilisent internet, contre seulement 61% en Amérique latine et Caraïbes et 54% en Asie de l’Est et Pacifique. En revanche, le taux d’utilisation des paiements numériques dans les pays en développement de la région MENA se situe à 32%, alors qu’il atteint 43% en Amérique latine et Caraïbes.

En outre, dans la plupart des pays de la région (à l’exception de l’Iran et des Émirats arabes unis), la pénétration de l’argent mobile est inférieure à ce qu’elle pourrait être, compte tenu de leurs niveaux de revenu. À titre d’exemple, la part de la population disposant d’un compte d’argent sur mobile dans les pays du Golfe (21 %) est inférieure à celle de l’Afrique subsaharienne (24 %).

Cette réticence envers le recours aux technologies numériques pour les transactions financières est probablement imputable au manque de confiance de la société à l’égard de l’administration publique et des sociétés commerciales. Elle s’explique aussi par des réglementations qui compliquent la transformation numérique. Sur ce plan, le rapport préconise notamment d’ouvrir davantage le marché des télécommunications à la concurrence, ce qui pourrait contribuer à accroître l’offre et l’utilisation de l’argent mobile et des paiements numériques et, de surcroît, à améliorer l’inclusion financière en élargissant l’accès aux comptes courants.

Des mesures sont également nécessaires pour mettre en place un cadre réglementaire plus solide et propice au développement de l’e-commerce, notamment en ce qui concerne les systèmes de signature électronique, la protection de la confidentialité des données et la cybersécurité. Plus généralement, il est essentiel de prioriser les réformes indispensables à la généralisation des paiements dématérialisés pour parvenir à résoudre le « paradoxe du numérique» et accélérer la transformation digitale de l’économie dans la région MENA.

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 01 Decembre 2022

Légère hausse des envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire en 2022

Mardi 22 Novembre 2022

E-commerce : Le paiement mobile par QR-Code désormais possible via Fast Payment

Mercredi 02 Novembre 2022

Nadia Fettah s'entretient avec le vice-président de la BM pour la région MENA

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required