Economie Tout voir

Coupe du monde 2030 : 50 milliards de DH d’investissement nécessaires pour recueillir d’énormes retombées économiques

Coupe du monde 2030 : 50 milliards de DH d’investissement nécessaires pour recueillir d’énormes retombées économiques

On a enfin une idée sur les chances de la candidature ibéro-marocaine pour l’organisation de la Coupe du monde 2030. Grâce à une étude menée par Sogécapital Gestion, la filiale de la Société Générale Marocaine de Banques, nous sommes, en effet, un peu plus édifié sur cet aspect, mais aussi sur ce que l’organisation de l’événement pourrait rapporter au Maroc et l’investissement qu’il faudrait consentir dans notre pays. Les détails. 

Pour commencer, l’analyse SWOT de Sogécapital Gestion montre que la candidature Espagne – Maroc –Portugal a beaucoup de chance de triompher. Les trois pays sont très proches géographiquement, partagent le même fuseau horaire, sont tous des destinations touristiques connues et sont de ce fait bien dotées en capacité hôtelière. Ceci sans oublier qu’ils ont la majorité des votes de six (6) confédérations, c’est-à-dire 55 de l’UEFA et 54 de la CAF sur un total de 211. Et ce n’est pas tout ! 

Pris individuellement, le trio ne manque pas non plus d’atouts, selon Sogécapital Gestion. L’Espagne a déjà une expertise en matière d’organisation d’une coupe du monde. Le pays a une possibilité de choix entre plusieurs villes hôtes qui ont des stades de renom de grande capacité et dispose d’infrastructures hôtelières, de transport et de communication modernes et efficaces. Le Portugal a trois (3) stades de forte capacité d’accueil et des infrastructures de qualité répondant aux critères de la FIFA. Alors que le Maroc dispose de stades ultramodernes répondant aux exigences de la FIFA, un réseau de transport multimodal, moderne, vaste et fiable ainsi qu’une offre d’hébergement vaste et diversifiée qu’il faudrait toutefois renforcer. 

Des retombées très bénéfiques…                                                      

D’ailleurs, notre pays engrangerait d’énormes bénéfices si sa candidature avec l’Espagne et le Portugal arrivait à passer. Par secteur, celui du BTP serait drivé pendant plusieurs mois, voire des années par les projets d’envergure. Les stades, infrastructures, routes, etc. à construire renforceraient le taux d’utilisation des opérateurs, comme les cimentiers ou encore les sidérurgistes pour la production de fer à béton. 

Le secteur bancaire pourrait aussi profiter de l’opportunité à travers la hausse de l’encours des financements dédiés aux projets d’infrastructure, de la bonne dynamique des autres secteurs, tels que le tourisme et le transport ainsi que de l’explosion de l’utilisation des services bancaires (opérations de change, retraits, paiements électroniques, etc.). 

Le tourisme aussi serait positivement impacté à court et moyen terme grâce à un flux significatif de touristes l’année de l’organisation de l’événement et les années qui suivront et une amélioration de l’offre hôtelière nationale. 

Idem pour le secteur des télécoms. L’organisation de la coupe du monde engendrerait ipso facto la hausse du trafic voix et data. 

Mais, il faut mettre la main à la poche 

Mais tout cela nécessiterait d’importants investissements estimés à 50 milliards de DH (Mds de DH) par Sogécapital Gestion. Pour le seul secteur du BTP, il faudrait 20 Mds de DH pour financer tous les projets d’infrastructure. D’où viendrait l’argent ? Du budget de l’Etat à hauteur de 23 Mds de DH, des entreprises publiques (17 Mds de DH) ainsi que de prêts concessionnels, aides et dons (10 Mds de DH), répond Sogécapital Gestion.

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 11 Juin 2024

Akhannouch – Investissements publics : Des niveaux records "jamais vus auparavant»

Lundi 10 Juin 2024

Akhanouch fait le bilan de la commission des investissements : 199 projets approuvés pour 241 Mds de DH

Lundi 10 Juin 2024

Eliminatoires Mondial 2026 (Congo-Maroc) : Regragui tient une conférence de presse ce lundi

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required