Economie Tout voir

Déficit hydrique: Stress maximal

Déficit hydrique: Stress maximal

Le Maroc est dans une situation d’état d’urgence hydrique.

Sécheresse, déficit aigu des bassins hydrauliques, recul continu du niveau des nappes phréatiques…, tous les ingrédients sont réunis pour initier prestement une autre approche de la gestion des ressources hydriques.

Le programme national pour l’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027 mobilise des investissements de l’ordre de 115,4 milliards de dirhams.

 

Par D. William

Les réserves totales des barrages en eau au 20 septembre 2022 s’établissent à 4,025 milliards de m3 , soit un taux de remplissage de 25%. A la même période de l’année dernière, ces réserves étaient de 6,2 milliards de m3 , pour un taux de remplissage de 38,9%. Ce déficit historique cache une réalité bien plus critique, puisque plusieurs barrages frôlent actuellement le tarissement.

C’est notamment le cas des barrages Mohammed V, avec un taux de remplissage de 0,3%, Al Massira (3,4%), ou encore Abdelmoumen (1,7%). Outre ces barrages, 8 autres présentent des taux de remplissage en deçà de 10%  : Ibn Batouta (9,4%), Hassan II (9,2%), Joumoua (8,7%), Tamalout (8,6%), Al Himer (9,7%), Moulay Youssef (7,1%), Ahmed Al Hansali (8,4%) et Dkhila (8,9%). Avec la faiblesse des précipitations, le déficit sévère que connaissent les bassins hydrauliques et le niveau des nappes phréatiques qui, selon le ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka, régresse désormais de 2 à 3 mètres par an, dire que le Maroc est dans une situation d’état d’urgence… hydrique est une lapalissade.

La baisse constante des ressources, constatées depuis plusieurs années, s’accentue de plus en plus à la faveur, entre autres, des épisodes de sécheresse de plus en plus récurrents. La disponibilité des ressources en eau dans le Royaume est passée de 2.560 m3 en 1960 à moins de 620 m3 en 2022, soit un niveau en deçà du seuil de pénurie fixé à 1.000 m3/hab/ an.

«L’évolution démographique prévisible pour les 30 prochaines années montre que la pression humaine sur les ressources en eau ira en croissant, faisant de la pénurie chronique d’eau une donnée structurelle dont il faut impérativement tenir compte dans les politiques et stratégies de gestion des ressources en eau. Avec l’hypothèse du maintien de la disponibilité des mêmes ressources en eau et le résultat de la projection de la population à l’horizon 2050 qui est de l’ordre de 44 millions d’habitants, nous aurions un ratio de l’ordre de 510 m3 par personne/an. Cette moyenne correspond quasiment au seuil de rareté extrême de l’eau (500 m3 par habitant/ an). Avec la considération des impacts futurs du changement climatique, le Maroc pourrait être situé au cours des prochaines décennies au-dessous du seuil de rareté de l’eau», nous confiait récemment Mohamed Chikhaoui, professeur à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV) et expert en gestion des ressources sol et eau.

 

Mobilisation générale

Qu’ils soient du public ou du privé, tous les acteurs sont actuellement mobilisés pour faire face à cette crise de l’eau, dans un Maroc qui, selon Word Ressources Institute, occupe la 23ème place sur 165 pays exposés aux risques hydriques.  Aujourd’hui, le leitmotiv est de rationnaliser au mieux l’utilisation des ressources hydriques, la principale crainte des autorités étant de ne pouvoir satisfaire les besoins en eau potable, vu la faiblesse des réserves des barrages. Ces besoins ont pu être satisfaits jusqu’à présent grâce au renforcement de l'approvisionnement en eaux souterraines et des barrages réservés au secteur agricole, selon Baraka. Parallèlement, diverses mesures d’urgence ont été initiées par le gouvernement, dont notamment le dessalement de l'eau de mer.

A Agadir, 15 millions de m3 d'eau ont été traités depuis février 2022. Il est aussi prévu d'accélérer la cadence de réalisation des stations de dessalement d’eau de mer à Casablanca, Safi, El Jadida et Nador, ainsi que la réalisation de la tranche d’urgence du projet d’interconnexion des bassins du SebouBouregreg. En outre, dans le cadre du programme national pour l’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020- 2027 qui mobilise des investissements de l’ordre de 115,4 milliards de dirhams, il s’agit également de donner un coup de fouet à la réalisation des petits et grands barrages.

Objectifs : porter la capacité de stockage pour atteindre 24 milliards de m3 à l’horizon 2030, conformément aux directives royales. Dans ce cadre, Baraka a effectué le 5 septembre une visite de terrain pour voir l’état d’avancement des travaux du barrage du Grand Tamri, en cours d'achèvement dans la vallée de Tamri, à 62 km de la ville d'Agadir. D’une capacité de stockage de plus de 200 millions de m3 et d’un coût de 2,7 Mds de DH, il permettra d’assurer l’approvisionnement en eau potable de la région. Clairement, la situation est inquiétante : les décisions urgentes prises ne permettent de régler que partiellement des problématiques ponctuelles, tandis que les mesures structurantes, qui peuvent apporter des solutions durables, ne produiront leurs effets qu’à moyen et long terme.

Dès lors, faudra-t-il se préparer dès à présent à une rationalisation de l’approvisionnement dans les grandes villes du Maroc, avec notamment des ruptures dans l’alimentation en eau potable  ? Ce n’est pas une option à écarter, au regard notamment des déficits hydriques actuels. Des déficits qui risquent de devenir structurels sous l’effet du changement climatique et qui vont aggraver la crise de l’eau, pas seulement au Maroc, mais dans le monde. La demande sur cette ressource devrait dépasser l'offre de 40% d'ici 2030, selon la Banque mondiale, qui précise que «les sécheresses, les inondations et les autres risques liés à l'eau gagnent en intensité; les eaux souterraines sont surexploitées et polluées; et les villes et les exploitations agricoles sont en butte à de graves pénuries d'eau. Ces phénomènes vont compromettre les acquis du développement et nécessiteront de nouveaux investissements dans des solutions de gestion de l'eau».

 

L’ONEE au taquet
L’ Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) est fortement engagé dans le domaine de l’eau. En 2021, une enveloppe d’environ 4,4 Mds de DH a été investie pour renforcer et sécuriser l’alimentation de la population en eau potable en milieux urbain et rural et pour développer l’assainissement liquide. En mars dernier, le DG de l'Office, Abderrahim El Hafidi, annonçait au Parlement la construction de 92 stations de traitement, dont 8 réservées au dessalement de l'eau de mer et onze autres spécialisées dans la déminéralisation des eaux saumâtres, ainsi que le creusement de 1.800 forages et puits. Au cours de cette année, l’ONEE a en outre lancé et/ou concrétisé plusieurs projets. Il a ainsi procédé le 7 mars 2022 au démarrage des travaux relatifs au renforcement de l’alimentation en eau potable du centre de Sidi Mokhtar, relevant de la province de Chichaoua, à partir du barrage Abou Abbas Sebti, pour un débit global de 2.592 m3 /jour. D’un coût global de 29,5 millions de dirhams, ce projet sera mis en service en juin 2023. Fin mars, l’Office a mis en service un important projet d’adduction d’eau potable à partir du barrage Al Massira, pour une enveloppe de 2,5 milliards de DH. Il permet de produire 216.000 m3  par jour d’eau potable et de sécuriser l’alimentation en eau potable à l’horizon 2040 de la ville de Marrakech et des villes et localités avoisinantes (Skhour Rhamna, Ben Guerrir, Sidi Bou Othmane, Tamansourt et populations rurales sur l’axe Skhour Rhamna-Marrakech). En juin, l’Office a procédé à la mise en service industrielle de la première tranche du projet de sécurisation de l’approvisionnement en eau potable de la zone Sud du Grand Casablanca à partir des installations de production d’eau potable traitant les eaux du barrage Sidi Mohamed Ben Abdallah. Coût du projet : environ 180 millions de dirhams. La deuxième tranche de ce projet coûtera 120 MDH et sa mise en service est prévue en juillet 2023. Fin juillet, l’Office a procédé à la mise en production progressive d’un important projet de renforcement et de sécurisation de l’approvisionnement en eau potable des villes de Fès et Meknès et des localités avoisinantes à partir des eaux du barrage Idriss 1er. Ce projet, d’un coût global d’environ 1,7 milliard de dirhams, vise à augmenter la capacité de production d’eau potable des installations existantes par un débit supplémentaire d’environ 43.200 m3 / jour, dans une première phase, et qui sera augmenté progressivement à 172.800 m3 /jour.  Selon l’ONEE, «la prise d’eau réalisée par perforation du barrage Idriss 1er constitue une véritable prouesse technique et compte parmi les rares opérations de perforation de barrage à l’échelle mondiale. Cette opération devra être dupliquée au niveau d’autres barrages au Maroc». 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 07 Octobre 2022

10 spots publicitaires sans clichés en lice pour la 4ème édition du Trophée Tilila

Vendredi 07 Octobre 2022

L’Afrique dans ses travers

Vendredi 07 Octobre 2022

Le Maroc à la 65ème réunion de la Commission de l'OMT pour l'Afrique en Tanzanie

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required