Economie Tout voir

Digitalisation : «Le Maroc dispose d’un véritable écosystème technologique»

Digitalisation : «Le Maroc dispose d’un véritable écosystème technologique»

• C’est désormais une certitude, la pandémie de Covid-19 a considérablement contribué à l’accélération de la digitalisation. Concomitamment à la crise sanitaire, le passage au tout numérique s’est imposé comme une nécessité qui concerne tous les secteurs de l’économie.

• Evénement phare du monde de la tech, les assises de l’AUSIM, prévues du 26 au 28 octobre prochain à Marrakech, se penchent dans leur 6ème édition sur la transition du Maroc vers une «Digital nation».     

• Entretien avec Nihal Djebli, Directrice déléguée générale de l’Association des utilisateurs des systèmes d’Information au Maroc (AUSIM).

 

Propos recueillis par M. Ait Ouaanna

 

La Quotidienne : Depuis sa création, l'AUSIM milite pour la promotion du digital et de l'IT au Maroc. Dans un contexte de dématérialisation croissante, quels sont les objectifs de cette 6ème édition des assises de l'AUSIM ? 

Nihal Djebli : Étant l’un des rendez-vous majeurs du monde du numérique à l’échelle nationale, et sans oublier son aura auprès de l’écosystème numérique international, cette nouvelle édition des assises de l’AUSIM s’est donnée pour mission de mettre la lumière sur le grand chantier du numérique qui est aujourd’hui une priorité pour nos élites. 
En clair, l'enjeu de cette 6è édition des assises de l’AUSIM, dans ce contexte de relance, est de mettre en avant les avantages du «Digital» dans notre société. Il est aussi question au travers de cette synergie des forces de faire naître une véritable conscience citoyenne en faveur du numérique, et ce afin de faire de cette ambition de Dgital nation une réalité au Maroc.

LQ : La crise provoquée par la pandémie de Covid-19 a mis en exergue la nécessité d'accélérer le processus de digitalisation de plusieurs secteurs d'activité. Pourriez-vous nous dresser un état des lieux de la transition digitale et numérique au Maroc ?

N.D : Le constat est partagé; durant les heures sombres du Covid, nous avons tous été témoins du rôle catalyseur qu’a joué le numérique. Grâce au digital, l’économie marocaine dans toute sa diversité a su trouver une alternative de fonctionnement. Aujourd’hui, je peux affirmer avec sérénité que le Maroc est sur la bonne voie en matière de numérique.
Même si le Covid a été un moment douloureux, nous pouvons cependant dénoter une incidence positive notamment, la forte aura qu’a eu le digital auprès de l’opinion. La récente sortie du chef de gouvernement au sujet de la question démontre l’ambition du Maroc dans ce grand chantier. Le Maroc dispose d’un véritable écosystème technologique, ajoutons à cela une volonté politique réelle pour réussir sa transition numérique.  

LQ : Le numérique est au centre de la transformation de l'économie nationale et la digitalisation est considérée comme un levier stratégique du nouveau modèle de développement. Quels sont les principaux défis à relever pour parvenir à l'éclosion d'une véritable nation digitale marocaine ?

N.D : Le nouveau modèle de développement piloté par l’équipe Benmoussa avait mis en évidence dans le volet numérique la volonté du Maroc de construire sa souveraineté numérique. Et par conséquent, cette ambition demande des prérequis en l’occurrence, disposés d’un véritable vivier humain capable de porter cette révolution technologique. De plus, dans ce chantier, les start-up ont également un rôle clé. Cette souveraineté ne peut se construire sans l’émergence de véritable licorne. Enfin, il est aussi question d’un changement de mindset impérative. Dans les cercles de la tech, on parle de «grande réinitialisation». Ce grand virage implique à tous les niveaux de la société l’émergence d’une véritable conscience numérique. 

LQ : Le processus de digitalisation d'une économie ne peut aboutir sans l'implication de tous, notamment des start-up. Quelles sont les actions mises en place par l'AUSIM pour sensibiliser les citoyens, notamment les jeunes entrepreneurs, à l'importance de la digitalisation ?

N.D : En effet, on ne peut parler de transition numérique en occultant le rôle majeur des start-up. Depuis quelques années, l'Etat au travers de plusieurs leviers de financement soutient les initiatives des jeunes entreprises orientées dans les tech. Et même s'il y a encore à faire, il faut rappeler que le Maroc est premier dans la région Afrique du Nord en nombre de levées de fonds (Number of Equity Rounds per Country), suivi de la Tunisie et l’Algérie. Du côté de l’AUSIM, nos actions en faveur de la promotion du digital sont variées; on peut citer notamment notre programme «AUSMose». En clair, c'est un projet que nous avons lancé durant le contexte post-Covid. Ce dernier a pour mission d’accompagner les start-up dans la réalisation et l’accélération de leurs projets digitaux. Ce programme met également à la disposition de ces entreprises un dispositif d’accompagnement ainsi qu’une ouverture sur le marché.
Par ailleurs, au sein des assises, nous avons dédié un panel à la start-up nation. De plus, lors de ce rassemblement, nous comptons mettre les start-up au centre des échanges avec un aménagement type, ce qui leur permettra de se démarquer et de faire valoir leurs solutions innovantes.

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 29 Octobre 2022

Assises de l’AUSIM 2022 : Signature de deux conventions de partenariat dans le domaine du digital et des TIC

Samedi 15 Janvier 2022

MoroccoTech/Mohamed Saâd : «La construction d'une nation numérique est un jeu infini»

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required