Economie Tout voir

Maroc : Le climat des affaires qualifié de “normal” par les industriels

Maroc : Le climat des affaires qualifié de “normal” par les industriels

Le climat général des affaires dans l'industrie, au cours du troisième trimestre 2021, aurait été "normal" selon 59% des entreprises et "défavorable" selon 32%, ressort-il des résultats de l'édition trimestrielle de l'enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib (BAM).

Les conditions d'approvisionnement, au T3-2021, auraient été, de leur côté, "normales" selon 72% des industriels et "difficiles" selon 24%, indique la Banque Centrale.

Par branche, elles auraient été "normales" selon 90% des entreprises de la "chimie et parachimie", 80% du "textile et cuir", 74% de l'"agro-alimentaire" et 60% de la "mécanique et métallurgie", précise BAM, notant que les conditions d’approvisionnement sont, cependant, qualifiées de "difficiles" par la totalité des entreprises de l'"électrique et électronique". Cette part atteint 29% dans la "mécanique et métallurgie", 20% dans l'"agro-alimentaire" et dans le "textile et cuir", ajoute la même source.

S'agissant du stock des matières premières et demi-produits, il aurait été à un niveau normal dans l’ensemble des branches d’activité.

Concernant l’évolution des effectifs employés durant les trois derniers mois, 70% des industriels déclarent une stagnation et 21% une hausse, fait savoir BAM, ajoutant que ces proportions sont respectivement de 86% et de 13% dans l'"agro-alimentaire", de 60% et de 40% dans la "chimie et parachimie" et de 73% et de 19% dans le "textile et cuir". En revanche, 22% des entreprises de l'"électrique et électronique" indiquent une stagnation des effectifs et 66% une baisse. Ces parts sont respectivement de 82% et de 14% dans la "mécanique et métallurgie".

"Pour les trois prochains mois, 68% des industriels anticipent une stagnation des effectifs employés et 25% une hausse", relève la Banque Centrale.

Par ailleurs, l'enquête souligne qu'au troisième trimestre 2021, les coûts unitaires de production auraient augmenté selon 60% des industriels et auraient stagné selon 39%. Ces parts sont respectivement de 82% et de 18% dans la "mécanique et métallurgie", de 75% et de 25% dans la "chimie et parachimie", de 66% et de 34% dans l'"agro-alimentaire" et de 47% dans le "textile et cuir". Dans l'"électrique et électronique", la totalité des chefs d’entreprises déclarent une hausse des coûts unitaires de production.
 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 19 Janvier 2022

Conseil de gouvernement: Mustapha Baitas de retour aux affaires après le Covid

Lundi 17 Janvier 2022

Casablanca : Le Conseil de la ville en voie d’adopter le projet d’un nouveau cimetière

Jeudi 13 Janvier 2022

Le programme "Awrach" concernera au départ 10 provinces

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required