Economie Tout voir

Mondial 2030 au Maroc : Une aubaine pour l’économie nationale

Mondial 2030 au Maroc : Une aubaine pour l’économie nationale

Le Maroc abritera en 2030 la prestigieuse Coupe du monde, une opportunité sans pareille pour booster la croissance de divers secteurs économiques, notamment le tourisme.

 

Par M. Ait Ouaanna

Après une crise sans précédent provoquée par le Covid-19, puis, tout récemment, un séisme des plus meurtriers de l’histoire du Royaume, le secteur touristique marocain a pu reprendre des couleurs. Chiffres à l’appui, plus de 960.000 touristes ont visité le Maroc au cours du mois de septembre 2023, soit une croissance de 7% par rapport à la même période de l’année antérieure. Selon le ministère du Tourisme, de l’Artisanat, et de l’Économie sociale et solidaire, le Maroc a accueilli, jusqu’au 10 octobre, un total de 11,1 millions de touristes en 2023, dépassant ainsi les réalisations de l’ensemble de l’année 2022.

Avec la co-organisation par le Maroc de l’édition 2030 de la prestigieuse Coupe du monde, aux côtés de l’Espagne et du Portugal, le secteur du tourisme semble avoir de beaux jours devant lui. Les experts sont unanimes : le Mondial 2030, tout comme la CAN 2025 qui, elle aussi, se jouera au Maroc, auront des retombées positives sur l’économie nationale, et le tourisme sera, sans nul doute, parmi les grands gagnants. «Le Maroc bénéficiera de cet événement à tous les niveaux. Et d’ailleurs, la CAN 2025 sera un galop d’essai afin de bien maîtriser le sujet de la Coupe du monde. Ces compétitions vont certainement générer des retombées médiatiques et économiques assez conséquentes, ce qui va par la suite impacter de manière positive la croissance du PIB», affirme Zaki Lahbabi, Directeur général de Transatlas Sport Management.

Le tourisme : Maître du jeu

«L’un des secteurs qui en bénéficiera le plus est le tourisme. En effet, d’autres pays tels que le Brésil avait accueilli un million et demi de touristes supplémentaires et je pense que le Maroc en aura plus», poursuit Zaki Lahbabi. Ce dernier considère en outre que le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP) et celui de la communication vont également tirer pleinement profit de cette manifestation sportive.

«La Coupe du monde est une promotion extraordinaire pour l’image du Maroc. Cela aura un impact sur les entreprises ainsi que sur leur cotation en Bourse. Il s’agit particulièrement de celles opérant dans le domaine du BTP ou encore des nouvelles technologies. Les entreprises qui vont collaborer autour de cet événement vont certainement pouvoir générer plus de chiffres d'affaires. De surcroît, l’organisation d’un événement aussi important nécessite beaucoup de travail et de gestion, ce qui va par conséquent tirer vers le haut les offres d’emploi», détaille-t-il. La co-organisation par le Maroc du Mondial 2030 est certes une opportunité de taille pour booster la croissance de divers secteurs économiques, encore faut-il que le Royaume réussisse sa préparation à accueillir cette compétition internationale.

«Les retombées économiques de cet événement seront ressenties avant même sa tenue en 2030. Le Maroc doit construire des stades avec une grande capacité d’accueil et mettre à niveau ceux déjà existants. Une panoplie d'infrastructures doit être mise en place, notamment une connectivité entre les villes, et tout cela va renforcer de multiples secteurs, notamment le tourisme», fait savoir Zoubir Bouhout, expert en tourisme. Selon les révélations faites par Fouzi Lekjaa, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), quelques heures après l’annonce de la FIFA concernant le dossier MarocEspagne-Portugal, six villes marocaines ont été désignées pour accueillir les matchs du Mondial 2030. Il s’agit de Marrakech, Agadir, Casablanca, Rabat, Tanger et Fès.

En termes d'infrastructures sportives, Lekjaa a récemment annoncé qu’un nouveau stade, dont la capacité d’accueil dépassera les 110.000 de spectateurs, verra le jour à Benslimane. En plus des stades, le Maroc doit mettre les bouchées doubles en vue de préparer l'infrastructure hôtelière nécessaire pour accueillir les milliers de visiteurs qui afflueront des quatre coins du globe.

«Cet événement d’envergure va nécessiter des capacités litières très importantes dans toutes les villes. Certaines villes comme Marrakech et Agadir sont déjà bien loties, mais d’autres seront obligées d’augmenter et de booster leur chaîne de valeur touristique. Un effort considérable doit être mené que ce soit avant ou pendant l'événement», insiste Zoubir Bouhout.

«Un rayonnement de l’image du Maroc commence déjà à se faire sentir et le Royaume doit en profiter pour répondre aux attentes des spectateurs de 2030. Il va certainement avoir des retombées sur la croissance du pays et on doit harmoniser et mettre à niveau nos politiques pour être à la hauteur. Les Conseils régionaux doivent intégrer cette activité dans leurs projections afin de pouvoir répondre à la demande qui sera formulée en 2030. L’organisation d’un tel événement est une aubaine pour l’économie marocaine, car les chantiers qui seront lancés vont profiter aux entreprises et à la population, et l’activité touristique en particulier va permettre la création de plus de postes d’emploi», poursuit-il.

Dans la même veine, Oussama Alami, Directeur des hôtels Gray Casablanca, déclare que la préparation du Maroc pour accueillir la Coupe du monde 2030 exige une planification minutieuse et des investissements substantiels sur divers aspects du tourisme. «D’abord, le Maroc devra renforcer ses infrastructures, notamment les aéroports, les routes et les stades. La modernisation des aéroports et la construction de nouvelles installations sont essentielles pour accueillir un afflux de visiteurs. Aussi, le Royaume devra augmenter sa capacité d'hébergement en construisant de nouveaux hôtels et en encourageant les hébergements locatifs. Cela garantira aux fans, aux équipes et aux médias des options variées et de qualité. De plus, des moyens de transport efficaces sont cruciaux pour permettre aux visiteurs de se déplacer facilement entre les villes hôtes et les stades. Ainsi, des liaisons ferroviaires, des bus spéciaux et des navettes aéroportuaires pourraient être mises en place», indique-t-il. Par ailleurs, Oussama Alami souligne que des campagnes de marketing ciblées sont nécessaires pour promouvoir les attractions touristiques du Maroc, en mettant l'accent sur sa culture, sa cuisine, son histoire et ses paysages, pour attirer les visiteurs.

«Offrir une expérience culturelle riche est essentiel. Cela pourrait inclure des festivals culturels, des expositions artistiques, des événements musicaux et la mise en avant de la riche histoire du pays. Sans oublier la formation du personnel du secteur touristique qui est cruciale pour garantir un service de qualité et une expérience positive aux visiteurs. Il est également indispensable d’assurer une communication efficace pour informer les visiteurs sur les activités, les horaires des matchs et les lieux d'intérêt liés à la Coupe du monde. La sécurité des visiteurs est également une priorité. Il faudra donc renforcer les mesures de sécurité pour les sites de la Coupe du monde. In fine, il est important d'intégrer des pratiques durables, notamment en matière de gestion des déchets, d'utilisation des ressources naturelles et de minimisation de l'impact environnemental», ajoute-t-il. Et Alami de conclure : «La préparation du Maroc pour accueillir la Coupe du monde 2030 implique une transformation significative de son infrastructure touristique. Cela offre l'opportunité de promouvoir le pays, de stimuler le tourisme et de créer un héritage durable pour l'avenir. La collaboration entre le gouvernement, les entreprises locales et les acteurs internationaux est essentielle pour garantir le succès de cet événement historique». 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 12 Juillet 2024

Croissance : Quid de la transformation économique ?

Jeudi 11 Juillet 2024

Hébergement touristique : Zoom sur Cap Hospitality

Mardi 09 Juillet 2024

Football : Le projet de protection sociale des joueurs, joueuses et cadres techniques acté

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required