Economie Tout voir

Pouvoir d’achat: Du plomb dans l’aile

Pouvoir d’achat: Du plomb dans l’aile

Les prix du pétrole sont dans un trend haussier depuis le début de l’été. Cette tendance devrait se maintenir suite à la décision de l'OPEP+ de prolonger les réductions de la production jusqu'en 2024. De même, l’Arabie Saoudite, leader mondial des exportations de pétrole brut, a décidé de ramener sa production à environ 9 millions de barils par jour, soit une diminution d’1mb/j, alors que la Russie a amputé sa production de 300.000 b/j. Ces mesures ont eu pour effet une augmentation des cours du brut qui, lundi, flirtaient avec la barre des 95 dollars le baril.

De quoi alimenter la spirale inflationniste, particulièrement au niveau des pays importateurs. Au Maroc, les conséquences des réductions de l’offre sur le marché mondial du pétrole se font déjà sentir. Les prix à la pompe sont repartis brutalement à la hausse depuis plusieurs semaines, le diesel se situant actuellement à au moins 13,60 DH/litre contre 15,50 DH/litre pour l’essence sans plomb. Et les hausses pourraient se poursuivre, plusieurs analystes prévoyant le maintien des tensions sur les prix de l’or noir jusqu’à la fin de l’année, estimant que le cours du Brent pourrait atteindre 100 dollars le baril.

Pour seule réponse à cette augmentation des prix à la pompe, le gouvernement a renouvelé, le 8 septembre courant, le soutien apporté aux professionnels du transport routier. Initié en mars 2022, ce processus de soutien exceptionnel est, depuis lors, reconduit. A fin février dernier, pour les seules 9 premières tranches, l’Etat aura déboursé 4,2 Mds de DH.

De plus, en mai 2023, l’aide a été élargie aux entreprises du transport routier de marchandises pour compte d'autrui. Ainsi, quelque 31.000 entreprises exploitant près de 71.000 camions en ont bénéficié à raison de trois milliards de dirhams, soit 60% du montant total. L’efficacité de ce mécanisme, qui vise en principe à préserver le pouvoir d’achat des citoyens, est sujette à caution : il ne semble pas constituer un rempart à la hausse des prix.

C’est du moins le ressenti des citoyens, toujours confrontés à la cherté de la vie, et qui ne peuvent quantifier l’impact de ce soutien sur leur quotidien. Car, certes, l’inflation a baissé pour se situer à 5% en août en glissement annuel, mais les niveaux de prix restent élevés. Et si le gouvernement est dans sa zone de confort, se satisfaisant de ce dispositif, ce n’est pas parce que ce dernier est forcément efficace, mais plutôt parce qu’il assure une certaine paix sociale, les transporteurs ayant une forte capacité de nuisance économique.

Bref, si effectivement le souci de l’Exécutif était de préserver le pouvoir d’achat des ménages, il aurait fallu qu’il prenne des mesures plus innovantes et plus contraignantes. Comme notamment le plafonnement des prix à la pompe ou une réduction de la taxe sur les produits pétroliers  ! Des solutions auxquelles le gouvernement reste sourd.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 21 Juillet 2024

Artisanat : Trois programmes sur-mesure

Samedi 20 Juillet 2024

Hébergement touristique : Des défis persistants

Samedi 20 Juillet 2024

Industrie : Des perspectives prometteuses à l’horizon

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required