Economie Tout voir

Textile : Quand la circularité s'impose comme une urgence

Textile : Quand la circularité s'impose comme une urgence

Le ministère de l’Industrie et du Commerce (MIC) et la Société financière internationale (IFC), en partenariat avec l’Association marocaine des industries du textile et de l'habillement (AMITH), ont organisé mardi 28 juin 2022 à Casablanca, une journée de réflexion sur le développement et l’avenir du secteur textile au Maroc. 

Tenue sous le thème «Vers une économie durable et circulaire : Penser l'avenir du secteur textile au Maroc», cette journée vise à engager le dialogue entre les différents acteurs du secteur et les autorités, et de définir les marches à suivre pour faire du Maroc un acteur de premier plan dans l’industrie textile mondiale de demain. Cet événement est également l'occasion d'identifier et concrétiser les nouvelles tendances du secteur dans une optique de développement des opportunités de croissance et d'investissement.

Cette rencontre s'est en effet articulée autour de cinq panels dédiés respectivement aux thèmes : «Etendre l’économie circulaire au secteur du textile», «Opportunités et potentiel de développement de la chaîne de valeur du textile au Maroc» et «Développement des écoparcs industriels, élément moteur dans la croissance du textile vert», «Développement des nouvelles approches pour assurer la croissance des investissements et des IDE dans le secteur du textile», et «Dispositifs techniques et financiers d’accompagnement des acteurs du secteur». 

Dans une déclaration à la presse, Ryad Mezzour, ministre de l’Industrie et du Commerce, a souligné que «le secteur du textile connaît un développement extrêmement intéressant. Au cours de cette année, ce dernier a battu plusieurs records. En termes d'exportations, le secteur affiche une augmentation de 33% par rapport à l'année dernière. 

Aujourd'hui, ce secteur stratégique est train de connaître une transformation considérable. La première concerne le textile durable et le Maroc a déjà entamé sa mutation en matière de durabilité. Il s'agit également d'une transformation où les clients demandent de plus en plus le respect des normes sociales et là, le Maroc a une forte carte à jouer en termes de compétitivité en vue de créer de nouveaux emplois». 

Pour Xavier Reille, directeur d’IFC pour la région Maghreb, «cet événement vise à développer une feuille de route pour faire du textile un secteur plus vert et plus, socialement, responsable. Nous pensons que le secteur du textile a un grand avenir au Maroc, qui dispose d'un grand potentiel à l'export et pourrait même tripler ses exportations vers l'Europe et les États-Unis. Ce secteur est d'une importance capitale pour l'IFC et nous souhaitons avec nos partenaires, l'AMITH et le ministère de l'Industrie, contribuer à ce que ce secteur devienne plus soutenable et plus vert, pour pouvoir bénéficier des opportunités de marché». 

De son côté, Anass El Ansari, président de l’Amith, a affirmé que «le Maroc jouit d'une stabilité politique et sociale exceptionnelle grâce à la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI. Notre pays dispose également d'une visibilité et d'un positionnement exceptionnels grâce au travail initié par l'ancien ministre de l'Industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy, suivi d'une finesse exceptionnelle avec le ministre actuel, Ryad Mezzour, et nous souhaitons capitaliser sur ces acquis pour construire un textile fort, un textile de demain, basé sur la compétitivité, la créativité et la durabilité».

En effet, l’impact économique, sociétal et industriel du secteur est important pour le Maroc. Le textile représente aujourd’hui 15% du PIB industriel du pays, et fait vivre environ 200.000 personnes de manière directe. L’enjeu aujourd’hui pour l’industrie textile marocaine est de saisir les différentes opportunités offertes par les mutations en cours, et d’épouser un avenir plus vert qui profitera à son économie et à sa population. 

S'exprimant à cette occasion, Taha Ghazi, directeur des industries du textile et du cuir au sein du MIC, a rappelé que la circularité occupe une place importance dans la stratégie de relance du secteur du textile mise en place par le ministère.  «La stratégie de relance se base sur 4 principaux axes, à savoir le renforcement du positionnement de l'export, l'intégration de la chaine de valeur et l'investissement dans l'amont textile, la décarbonation et la mise à niveau des entreprises aux normes de développement durable ainsi que le développement du made In Morocco». 

Intervenant lors de cette journée de réflexion, Javier Losada Montero, directeur du développement durable au sein du groupe espagnol Inditex, assure que le développement de modèles de production circulaire est essentiel, en particulier pour stimuler l'innovation des différentes méthodes de production de vêtements. 

«Nous devons transformer notre industrie afin qu'elle soit plus durable et la circularité vient apporter une solution qui va nous permettre de faire face aux problèmes environnementaux et climatiques auxquels nous sommes confrontés. La proximité du Maroc avec l'un marchés les plus importants de la mode, à savoir l'Europe, permettra au pays d'être un hub important et d'augmenter la production à travers un modèle circulaire».

 

M. A. O.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 28 Juillet 2022

L’AMITH dévoile ses priorités à l’horizon 2025

Mardi 26 Juillet 2022

Industrie : Signature d’une convention pour la réalisation du projet de la cité Mohammed VI Tanger Tech

Dimanche 24 Juillet 2022

Souveraineté industrielle : Plusieurs conventions d’investissement signées dans l’Oriental

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required