Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

C24: Des pétitionnaires alertent sur la situation désastreuse des droits de l’Homme à Tindouf

C24: Des pétitionnaires alertent sur la situation désastreuse des droits de l’Homme à Tindouf

Mercredi 16 Juin 2021 Par Laquotidienne


A l’occasion de la réunion du Comité du 24 des Nations-Unies, qui se tient à New York, plusieurs pétitionnaires ont attiré l’attention des membres de cette instance sur la « situation désastreuse » des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf, où les milices du polisario commettent des crimes et des violations flagrantes en toute impunité.

 

Prenant la parole à cette occasion, Touria Hmyen, de "l’Association pour la liberté des femmes séquestrées dans les camps de Tindouf", a mis en évidence "les conditions épouvantables" des populations retenus dans ces camps, qui "se voient refuser la protection internationale pour la pleine jouissance de leurs droits".

"Il est très important de rappeler que le « polisario » s'est vu déléguer, par le pays hôte, l'autorité sur une partie de son territoire, en violation de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et de ses Protocoles de 1967" et autres instruments internationaux des droits de l'homme, a-t-elle souligné.

 Hmyen a ainsi déploré que cette situation exceptionnelle au regard du droit international humanitaire, permet au « polisario » de perpétrer des violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf, afin d'écraser toute contestation de sa prétendue légitimité, dénonçant les détentions arbitraires, les enlèvements et les tortures perpétrés dans ces camps.

De son côté, Mohamed El Issaoui, de "l’Organisation pour la fin des violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf", a dénoncé l’enrôlement des enfants de ces camps dans les milices armées du polisario en violation des principes des droits de l’homme.

"Les mercenaires du polisario exploitent les personnes les plus vulnérables, comme des enfants soldats, abusent leur innocence à travers des campagnes de propagande et d'endoctrinement et les séparent de leurs parents", a-t-il déploré.

"Quel avenir attend ces enfants, victimes du polisario, qui ont été endoctrinés et entraînés militairement dès l'âge de 5 et 6 ans ? Comment vont-ils surmonter la souffrance psychologique, le stress post-traumatique, la dépression et l'anxiété ?", s’est-il encore demandé devant les membres du Comité.

Le pétitionnaire a alerté le C24 que les camps de Tindouf sont devenus une plaque tournante du trafic d’armes vers le Sahel et du soutien aux groupes terroristes, ajoutant que le polisario adhère à "une dynamique de radicalisation au sein de la nébuleuse des groupes armés terroristes dans la région sahélo-saharienne".

Comme d'autres acteurs armés non étatiques, le polisario compte des membres qui ont créé des organisations terroristes ou qui ayant rejoint des groupes terroristes existants, ce qui en fait "l'une des principales menaces à la sécurité dans la bande sahélo-saharienne et du pourtour méditerranéen, et un danger imminent pour l'ensemble de la région", a averti le pétitionnaire.

Pour sa part, Khalid Bendriss de "l’Association de soutien à l’initiative marocaine d’autonomie", a fustigé l’absence de recensement des populations des camps de Tindouf depuis près d’un demi-siècle.

"Les camps de Tindouf restent une exception singulière et un cas atypique dans le monde humanitaire", a-t-il noté, rappelant qu’un recensement du HCR et l'enregistrement de la population de ces camps n’ont jamais été effectués.

"Depuis près d'un demi-siècle, le pays hôte et le polisario refusent systématiquement et catégoriquement les demandes du HCR de procéder à un recensement des populations des camps de Tindouf", s’est-il indigné, tout en dénonçant le détournement systématique, en toute impunité, de l'aide humanitaire destinée à la population de ces camps par les dirigeants du polisario pour leur enrichissement personnel.

Selon lui, cette situation a été perpétuée par le refus d'autoriser la conduite d'un recensement dirigé par le HCR des séquestrés des camps de Tindouf, au mépris des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité.

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
ONU Droits de l'homme Tindouf Actualités Marocaines
Partage RéSEAUX SOCIAUX