Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

Diplomatie barbare : L’ultime abri de l’incompétence

Diplomatie barbare : L’ultime abri de l’incompétence

Lundi 22 Mai 2017 Par Laquotidienne

C’est un tout nouveau visage de la diplomatie dont nous a gratifié Alger ces derniers jours. Le 18 mai, en effet, le Directeur général du ministère algérien des Affaires étrangères (MAE), Soufiane Mimouni, a agressé physiquement le diplomate marocain Mohamed Ali El Khamlichi, lors d’un séminaire de l’ONU sur les territoires non-autonomes dans les Caraïbes. El Khamlichi a d’ailleurs dû être transporté à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires.

Pourtant, jusqu’au moment où nous écrivions ces lignes, Alger était toujours dans le déni, qualifiant toutes les informations relayées par la presse marocaine de «fausses et infondées». Et poussant le bouchon jusqu’à se faire passer pour une victime, sous le fallacieux prétexte que les diplomates marocains ont tenté d’agresser une représentante de l’Algérie.

Si l'on peut faire preuve d’une aussi grande mauvaise foi publiquement, en prenant à témoin tout le monde, c’est quand même assez grave. Cela démontre que chez nos voisins, la diplomatie se résume à des mensonges éhontés et à une certaine forme de violence, laquelle, soulignons-le, est l’ultime abri de l’incompétence. Il semble utile de le rappeler de temps à autre à ceux dont la mémoire est affectée par l’usure du temps : la diplomatie des coups de poing n’a jamais rien résolu. C’est, au contraire, l’arme des faibles et de ceux qui n’ont aucun argument à opposer à la réalité et à la vérité. Le chanteur québécois Gilles Vigneault ne croyait pas si bien dire quand il soutenait que «la violence, c'est un manque de vocabulaire».

Bref, face à cette agression peu banale, on a maintenant une idée pour le moins précise de ce que vaut la diplomatie algérienne, spectatrice impuissante et aigrie face aux évolutions récentes qu’a connues le dossier du Sahara marocain : le retour du Maroc au sein de l’Union africaine, la dernière résolution du Conseil de sécurité, l’issue de la crise de Guergarate et les dispositions de la loi budgétaire américaine 2017.

D.W.

 

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
Partage RéSEAUX SOCIAUX

Autres Articles