Politique Tout voir

Maroc - Espagne : Une ode à l'excellence diplomatique

Maroc - Espagne : Une ode à l'excellence diplomatique

La visite de José Manuel Albares au Maroc va permettre de renforcer les relations bilatérales dans divers domaines, notamment sur les plan politique et économique.

Entre les deux pays, c’est le parfait amour.

 

Par D.William

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, effectue une visite au Maroc les 13 et 14 décembre. Cet événement, bien plus qu'une simple étape protocolaire, cristallise l'essence même des liens entre ces deux nations. Cette visite montre, au demeurant, que les relations entre le Maroc et l'Espagne continuent de prospérer dans une dynamique de coopération et d'excellence.

Ce premier acte diplomatique posé par Albares dans le cadre de la nouvelle législature a une tonalité très particulière : elle bouscule le banal pour incarner la quintessence des liens entre les deux pays, cultivés avec une minutie presque artistique. La Déclaration conjointe, fruit de la rencontre entre le Roi Mohammed VI et le résident du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, en avril 2022, est un véritable opus diplomatique qui surligne la volonté mutuelle de maintenir des relations d'excellence.

En cela, la feuille de route convenue entre le Maroc et l’Espagne est le symbole fort d’une promesse à long terme d'une collaboration fructueuse. Bien au-delà des limites d'un accord diplomatique conventionnel, elle s'inscrit dans une perspective visionnaire et stratégique, démontrant déjà son efficacité dans des secteurs aussi variés que la gestion des migrations, le commerce, ou encore la coopération antiterroriste. Dans un entretien publié par la MAP mercredi, Albares ne dit pas autre chose.

«Le bilan de la feuille de route est bien évidemment très positif. Nous avons renforcé le partenariat stratégique. En matière économique, les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint le chiffre de 20 milliards d’euros. L’Espagne est le premier client et fournisseur du Maroc, alors que le Royaume est le troisième partenaire commercial de l’Espagne en dehors de l’UE, dépassé seulement par les ÉtatsUnis et le Royaume-Uni. Les échanges commerciaux ont connu une hausse de 40% par rapport à la période avant l’adoption de la feuille de route en avril 2022, et les chiffres de cette année qui s’achève seront encore plus importants», indique-t-il.

Dimension politique

Cependant, la portée de cette entente entre les deux pays va au-delà des domaines conventionnels, transcendant jusqu'aux sphères politiques les plus sensibles. L'Espagne, par sa position assumée sur la question du Sahara marocain, se distingue par la reconnaissance de l'initiative marocaine d'autonomie comme le pilier crédible pour résoudre ce différend régional artificiel.

Cette posture courageuse résonne comme un puissant marqueur qui souligne la profondeur des relations empreintes d'amitié et de fraternité qui unissent ces deux nations. Elle constitue un acte politique fort qui perpétue une histoire exemplaire de coopération, d'amitié et de partenariat international. Et qui tranche avec l’attitude de certains pays qui se disent «amis» du Maroc, mais qui cultivent une ambiguïté déconcertante concernant l’intégrité territoriale du Royaume.

C’est notamment le cas de la France, dont les relations avec le Maroc ont été sérieusement ébranlées par la politique du «en même temps» du président Emmanuel Macron. Un Macron qui, pour préserver les intérêts économiques de la France en Algérie, refuse d’avoir une posture claire vis-à-vis de la souveraineté du Maroc sur ses provinces sahariennes. Ce double jeu sème les graines de la méfiance et irrite foncièrement Rabat. Légitimant le vent frais qui circule entre les deux capitales. La fausse affaire Pegasus a ajouté une couche d'hostilité aux relations bilatérales.

Sans compter la crise des visas, survenue en août 2021, et aujourd’hui résolue. Toute cette ambiance a contribué à pourrir les relations bilatérales, autrefois réputées pour leur solidité. Et le chemin à parcourir pour un apaisement des tensions paraît bien escarpé.

C’est dire que l'avenir des relations franco-marocaines, en ce présent moment, se drape d’un voile d'incertitude, oscillant entre les ombres de la discorde et la lueur d'une possible réconciliation. Pendant ce temps, entre le Maroc et l’Espagne, c’est le parfait amour. 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 02 Mars 2024

Fortes rafales de vent ce dimanche au Maroc

Samedi 02 Mars 2024

Clôture à Nairobi de la 6è assemblée de l’ONU sur l'environnement présidée par le Maroc

Vendredi 01 Mars 2024

Lancement à Rabat du projet "Renforcement de la résilience du Maroc aux séismes"

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required