Politique Tout voir

Sahara marocain : Ces délinquants en treillis !

Sahara marocain : Ces délinquants en treillis !

La dernière résolution du Conseil de sécurité consacre deux évolutions importantes : le recensement et l’enregistrement des populations des camps de Tindouf et le respect du mandat de la MINURSO dans la surveillance du cessez-le-feu.

La nouvelle est tombée jeudi dernier en début d’après-midi. Dans le texte de la résolution 2654, le Conseil de sécurité de l’ONU «décide de proroger le mandat de la MINURSO jusqu'au 31 octobre 2023».

Dans cette résolution qui a été adoptée par 13 voix pour et deux abstentions, l’instance exécutive des Nations unies a réaffirmé son soutien à l’initiative marocaine d’autonomie, présentée par le Maroc en 2007, en tant que base sérieuse et crédible à même de mettre fin au différend régional sur le Sahara marocain, tel que consacré dans les résolutions du Conseil de sécurité.

Les membres du Conseil ont en outre réitéré leur soutien aux efforts de l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU visant à relancer le processus politique en vue d'une solution réaliste, pragmatique et durable, basée sur le compromis.

En réalité, on a l’impression, depuis plusieurs années, de faire du replay. De rejouer les mêmes scènes politiques. Avec les mêmes mots. Comme pour ancrer un message que ne veulent guère entendre certains qui se maintiennent dans l’ignorance en portant des boules quies.

Mais, comme dirait l’autre, la répétition est pédagogique. Et pour les durs d’oreille, notamment les adversaires de l’intégrité territoriale du Maroc qui sont dans un déni permanent outrancier, il ne faut pas se lasser de leur mettre à la figure la réalité politique actuelle : l’Initiative marocaine d’autonomie fait florès et est largement soutenue par la communauté internationale.

Qui reconnaît que c’est l’unique façon de mettre fin à ce conflit artificiel autour du Sahara marocain, entretenu insidieusement par l’Algérie et son pantin, le polisario.

Comme l’a indiqué d’ailleurs le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, la réalité politique actuelle, c’est non seulement «le soutien international grandissant de pays importants et influents à cette initiative marocaine d’autonomie», mais c’est également «l’ouverture à Laâyoune et à Dakhla de plus d’une trentaine de consulats généraux, la non-reconnaissance de plus de 84% des États membres de l’ONU de l’entité fantoche, ainsi que l’essor économique et social dans les provinces du Sud». 

 

Renforcement des acquis du Maroc

L’adoption de la résolution 2654 intervient ainsi dans un contexte où le dossier du Sahara enregistre des avancées significatives. «Aujourd’hui, la nouvelle résolution, et tout en consacrant les acquis antérieurs du Maroc, constitue une résolution de confirmation et d’évolution», note le ministère. 


Confirmation, parce que :


      Le Conseil de sécurité considère que le format des «tables-rondes» est le seul cadre de discussion en vue de parvenir à une solution définitive au différend régional sur le Sahara marocain.

      Les acteurs du processus politique sont de nouveau cités, la résolution appelant notamment «le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario à rester engagés dans ce processus sur toute sa durée, dans un esprit de réalisme et de compromis, en vue de le faire aboutir».

      La finalité du processus politique est rappelée, puisque la résolution a réitéré que la solution politique devait être «réaliste, pragmatique, durable et basée sur le compromis». Ce qui fait clairement référence à l’initiative marocaine d’autonomie, dont la prééminence a été de nouveau réaffirmée par le Conseil de sécurité.

 

Evolution, parce que : 


      Le Conseil de sécurité a «demandé à nouveau instamment» à l’Algérie que les populations des camps de Tindouf «soient dûment enregistrés, et soulignant qu’il importe que toutes les mesures nécessaires soient prises à cette fin».

La même demande a été adressée aux agences onusiennes d’observer les «meilleures pratiques» de l’ONU dans l’acheminement des aides humanitaires aux populations des camps.

      La résolution a demandé expressément au polisario de permettre «la reprise du réapprovisionnement sûr et régulier de la MINURSO afin de garantir la viabilité de la présence de la Mission». 

 

Mais savez-vous quoi ? Alger et le polisario se comportent en délinquants en treillis face à ce cadre politique défini par le Conseil de sécurité de l’ONU. 

      Primo : Après y avoir participé à deux reprises, l’Algérie refuse désormais le format des tables-rondes.

      Secundo : Partie prenante principale dans ce dossier, l’Algérie se défausse constamment devant ses responsabilités et fait tout pour torpiller le processus politique en cours.

      Tertio : Alger refuse catégoriquement, depuis un quart de siècle, de procéder au recensement et à l’enregistrement des populations de Tindouf, malgré les demandes incessantes de l’ONU. Parce qu’il y a une nébuleuse qui entoure ces camps, où le pouvoir algérien et les séparatistes sont dans leur zone de confort, se livrant à toutes sortes de trafics.

C’est pourquoi la communauté internationale s’indigne des détournements systématiques des aides humanitaires destinées aux populations de Tindouf, dûment documentées dans des rapports d’organisations internationales.

      Quarto : Là où le Maroc fait preuve de responsabilité et d’exemplarité dans sa coopération avec la mission onusienne, le polisario viole constamment le cessez-le-feu à l’Est du dispositif marocain de défense.

Alors, devant tant de manœuvres dilatoires et de mauvaise foi, il faut se rendre à l’évidence : Alger use de tous les artifices pour maintenir ce statu quo autour du Sahara marocain. Car le pouvoir en place se sert vilement de ce dossier pour exister et se légitimer, mais surtout pour tenter de masquer la faillite politique et économique de ce pays.

 

F. Ouriaghli

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 23 Novembre 2022

Sahara marocain: Le Roi reçoit le SG des Nations Unies, António Guterres

Lundi 21 Novembre 2022

Lalla Meryem reçoit la représentante onusienne chargée de la question de la violence à l'égard des enfants

Jeudi 17 Novembre 2022

Le SG de l’ONU salue la prolongation de l’accord céréalier de la mer Noire

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required