Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

Groupe Banque populaire : Les «off» de Benchaâboun

Groupe Banque populaire : Les «off» de Benchaâboun

Mardi 24 Mars 2015 Par Laquotidienne

 

Quelques annonces faites par Mohamed Benchaâboun, PDG du Groupe marocain Banque Centrale Populaire, ce mardi 24 mars, à l’occasion de la présentation des résultats annuels 2014 à la presse et aux analystes.

     * Immobilier : Les engagements du Groupe BCP s’élèvent à 60 Mds de DH…
La Banque Populaire reste très engagée dans le secteur immobilier, avec des encours totaux qui s’élèvent à 60 Mds de DH, répartis à hauteur de 40 Mds de DH pour le crédit acquéreur et le reste pour les promoteurs immobiliers. Rien que pour l’exercice 2014, l’enveloppe allouée par le Groupe au financement de l’accès au logement a dépassé 7,4 milliards de DH, en progression de 10%.

     … "Mais pas d’inquiétude à avoir"
Pour autant, malgré le ralentissement que connaît ce secteur depuis quelque temps au Maroc, Mohamed Benchaâboun se veut rassurant, soulignant qu’«il n’y a pas de problèmes au niveau des acquéreurs où les créances en souffrance sont cantonnées à des niveaux assez bas». Par contre, reconnaît-il, «il y a des projets initiés notamment à Tanger et Marrakech par certains promoteurs et qui connaissent des difficultés liées surtout à la lenteur de la commercialisation». «Mais, globalement, il n’y a pas d’inquiétude à avoir», rassure-t-il, tout en précisant que «nous continuerons d’accompagner ce secteur pour les projets bancables».
Ce qui est sûr, c’est que l’on devrait assister à un tassement des mises en chantier, le temps pour les promoteurs d’écouler les stocks existants. Cela devrait se traduire par une baisse de l’encours alloué à la promotion immobilière cette année et en 2016.

     * Ambitions soutenues dans la bancassurance
Après l’avis favorable de la Direction des assurances et de la prévoyance sociale pour la transformation du groupement «Attamine Chaabi» en une mutuelle d’assurance vie, la BCP compte jouer un rôle de premier plan dans la bancassurance. Dans ce secteur où elle est loin d’être novice (elle a été la première banque à proposer un produit de bancassurance en 1990) et où elle est le 3ème acteur du marché, il s’agit de développer de fortes synergies fortes entre la banque et la mutuelle d’assurance vie. L’objectif est, dans les prochaines années, de tripler le chiffre d’affaires dans ce créneau pour le porter de 1 à 3 Mds de DH.

     * Finance participative : «Nous allons apprendre ensemble»
La BCP veut jouer les premiers rôles dans cette nouvelle niche qu’est la finance participative. L’objectif est de créer une banque dédiée. La BCP reste à cet égard ouverte à des partenariats avec des investisseurs internationaux qui disposent d’une expertise en la matière. Seule condition : «ils seront minoritaires», tranche Benchaâboun.
Sous sa casquette de banquier, il reconnaît bien volontiers que le démarrage des banques participatives au Maroc ne se fera pas sans difficultés, comme celles relatives notamment à la gestion des ressources. «Il faudra une période d’adaptation plus ou moins importante pour mettre en place tous les mécanismes nécessaires à sa réussite, et aussi pour faire comprendre à tout le monde qu’une banque participative n’est pas une banque gratuite, mais plutôt une autre de manière de procéder», précise-t-il. «Nous allons donc apprendre ensemble», conclut Benchaâboun.

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
Partage RéSEAUX SOCIAUX

Autres Articles