Plus d'infos Tout voir

L’industrie pharmaceutique : 10% seulement de la production en médicaments est exportée

L’industrie pharmaceutique : 10% seulement de la production en médicaments est exportée

Mobilisée durant la crise covid, l’industrie pharmaceutique entame aujourd’hui un tournant. Entre souveraineté sanitaire et réforme de la santé, les défis sont nombreux et l’innovation est indispensable.

Tel est le message qui a été soulevé par les intervenants du dernier webinaire de la Britcham sur le thème «Industrie pharmaceutique : entre innovations et défis», organisé le jeudi 27 octobre 2022.

Un mois après la signature d’un contrat-programme pour l’industrie pharmaceutique ayant pour objectif la constitution d’un véritable hub continental, le secteur est dans l’attente d'avancées réglementaires et de soutiens pour le renforcement de la logistique sur le marché africain. Si le secteur a répondu présent lors de la crise Covid, un médicament sur deux est aujourd’hui produit localement et 10% seulement de la production en médicaments est exportée.

Pour Abdelmounim Belalia, directeur général de l'Université Mundiapolis et professeur universitaire, «le secteur dispose de nombreux atouts et d’une expérience solide pour espérer une croissance et une contribution importante dans les multiples défis de la réforme de la santé».

Pour sa part Myriem Tamimy, directrice générale de Glaxo Smith Kline Maroc, «La recherche et développement doit être un élément essentiel du secteur de la santé pour ériger un véritable pharmaceutique continent et internationale au Maroc». Pour cela, une ouverture réglementaire est attendue notamment sur les essais cliniques.

Autre chantier crucial : celui de la data. A ce propos, Jaafar Heikel, économiste de la santé à l’Université Mohamed 6 des Sciences de la Santé, a affirmé que «la data doit être la boussole des politiques publiques de la santé mais reste largement insuffisante».

L’industrie pharmaceutique emploie aujourd’hui 50.000 personnes. Le récent contrat- programme ambitionne 16.000 emplois supplémentaires et un doublement du chiffre d'affaires d’ici 2026.

«Le secteur dispose d’une expérience solide et peut espérer dépasser sa part de 5% du PIB industriel national», renchérit Abdelmounim Belalia. Une des solutions réside également dans l’accompagnement de la montée en valeur des chaînes de production locale, notamment sur les nouveaux produits qui pèsent sur la balance commerciale et sur le coût de la santé.

Si la politique du médicament va accompagner la généralisation de la couverture médicale, «l’objectif d’une souveraineté sanitaire passe aussi par un changement de paradigme», insiste Jaafar Heikel.

Saluant les nombreux projets en cours dont le projet d'installation d’une unité de fabrication de vaccins à Ben Slimane, l’économiste de la santé a appelé à une gouvernance de la santé plus inclusive et efficiente. «En moyenne, seul 70% du budget total de la santé prévu dans les lois de finances est réellement dépensé et une grande partie de ce budget est destiné au CHU», a-t-il rappelé.

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 24 Mai 2024

Azian Business Forum 2024 : Une dynamique d’innovation et de croissance industrielle à Casablanca

Lundi 29 Avril 2024

Deep Tech Summit : L'UM6P réunit les pionniers de l'entrepreneuriat et de la recherche en Afrique

Mercredi 24 Avril 2024

L’ADA et Azur Partners s’allient en faveur d’une agriculture novatrice et durable

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required