Société Tout voir

Corruption: Le Maroc toujours mauvais élève

Corruption: Le Maroc toujours mauvais élève

Ces derniers mois, les affaires de corruption ont fait les choux gras de la presse marocaine. Plusieurs personnalités publiques sont poursuivies par la justice en raison de leur implication directe dans des pratiques frauduleuses.

 

Par M. Boukhari

A en croire le dernier rapport annuel de l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC) au titre de l’année 2022, le Maroc occupe, en matière de corruption, la 97ème place sur les 176 pays évalués. En ce qui concerne la liberté économique, la même source précise que le Royaume a obtenu un résultat négatif dans l’indicateur subsidiaire lié à l'efficacité judiciaire avec un score de 32,8/100. «La corruption nuit gravement à la croissance économique et à l’investissement. Elle exacerbe les inégalités tout en affectant une proportion très élevée de pauvres», souligne Me Abdelhakim El Kadiri Boutchich, juge près la Cour internationale de résolution des différends «Incodir» à Londres.

D’après lui, il s’agit d’un virus qui se propage rapidement et représente la cause principale de la dégradation économique, judiciaire, financière et sociale de tous les pays, notamment le Maroc. Il est à noter que le Code pénal marocain punit la corruption publique d’une durée d’emprisonnement allant de 2 à 5 ans et d’une amende de 2.000 à 50.000 dirhams. La corruption privée est, quant à elle, sanctionnée d’une peine comprise entre 1 et 3 ans et d’une amende de 5.000 à 50.000 dirhams.

De surcroît, le document de l’INPPLC précise que le Royaume se classe 94ème dans les indicateurs subsidiaires liés à la justice pénale (0,36/1), à l'absence de corruption (0,42/1), aux droits fondamentaux (0,42/1) et au gouvernement ouvert (0,43/1). Selon Me El Kadiri, le Maroc a connu depuis 2017 des réformes administratives et judiciaires telles que l’arbitrage, la médiation conventionnelle, la digitalisation et autres. «Ces réformes vont impérativement renforcer notre système administratif, notamment le corps judiciaire», explique-t-il.

Le pays a lancé en mai 2016 la stratégie nationale de lutte contre la corruption. Celle-ci repose sur cinq piliers fondamentaux, à savoir la gouvernance, la prévention, la répression, la communication et la formation. Cette grande réforme vise entre autres à réduire la corruption, renforcer l'intégrité et améliorer la redevabilité. Le but étant de garantir une prestation plus adaptée des services sociaux, en sus de faire progresser les résultats du développement humain.

«En conclusion, le Maroc a pu avancer dans la réforme de son arsenal administratif, en particulier le corps judiciaire, grâce à la séparation du pouvoir judiciaire des pouvoirs législatif et exécutif. Cette initiative, qui découle de la vision royale, a permis impérativement de limiter le risque de corruption. En vue de continuer sur cette lancée, il est nécessaire de mettre fin de manière irréversible à ce phénomène. Faute de quoi, notre société continuera à vivre une récession à tous les niveaux», insiste Me El Kadiri.

 

Les recommandations de Me Abdelhakim El Kadiri Boutchich pour lutter contre la corruption
• Revoir les peines de prison telles que définies par le Code pénal, et ce en réformant des articles sanctionnant la corruption.
• Renforcer le système de surveillance des patrimoines des citoyens, surtout ceux opérant dans le cadre étatique.
• Se concentrer sur une éducation exemplaire pour garantir un citoyen loyal.
Contribuer à la sensibilisation des citoyens par tous les moyens, notamment à travers les médias.
• Adopter une véritable culture de conformité signifie non seulement réagir aux nouvelles législations, mais aussi adopter une approche globale de la conformité qui couvre tous les domaines de l'entreprise, quelle que soit sa nature.
• Instaurer une indépendance judiciaire.
• La digitalisation de l’administration est une nécessité incontournable qui joue un rôle considérable dans la lutte contre tout ce qui touche à la probité.

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 14 Avril 2024

Arrivée au Maroc du Premier ministre belge

Mardi 09 Avril 2024

Affaire Hit Radio: Momo condamné à 4 mois de prison ferme

Mardi 09 Avril 2024

La digitalisation : Une solution clef pour attirer les touristes vers les régions moins urbanisées du Maroc

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required