Société Tout voir

Gloire et décadence

Gloire et décadence

Les scandales qui ont lieu ces dernières années au Maroc résonnent comme un sinistre rappel des conséquences désastreuses de la cupidité et de l'avidité. Dans les méandres tumultueux des affaires marocaines, nous voilà, une fois de plus, confrontés à un récit tragique. Celui de Saïd Naciri, président du Wydad, et Abdennabi Bioui, président de la région de l'Oriental, qui ont rejoint les rangs des parias, emportés par le tourbillon d'un scandale retentissant de trafic international de drogues. Leur renommée s'est effondrée comme un château de cartes, révélant une réalité obscure où les corridors du pouvoir se mêlent aux couloirs clandestins du crime.

Nous sommes bien loin des projecteurs des stades et des responsabilités politiques : ces personnalités publiques sont mouillées dans une sombre affaire, où l'argent illicite et le pouvoir semblent avoir corrompu leurs parcours respectifs. 

La trame de cette histoire, pourtant trop familière, expose donc la relation toxique entre le pouvoir et l'argent. Une liaison dangereuse qui transforme des figures publiques en criminels impitoyables. Qui donne à l’opinion publique marocaine une image affligeante : le contraste saisissant entre la gloire d'hier et la décadence d'aujourd'hui.

Les charges retenues contre ces hauts responsables : trafic international de drogue, spoliation, blanchiment d'argent, faux et usage de faux, recel et abus de pouvoir. Des qualificatifs qui, autrefois, semblaient inimaginables pour ces individus en vue. C’est ce qui se passe quand la cupidité, telle une bête vorace, s'insinue dans les replis des consciences. 

Le pouvoir, jadis un piédestal envié, s'est transformé en un précipice menant à leur propre destruction. Les illusions de grandeur ont cédé la place à la réalité implacable : la justice ne tolère pas la débauche de ceux qui détiennent les rênes du pouvoir.

Dans ce rapport vicié entre le pouvoir et l'argent, ce dernier a corrompu les esprits. Ces hommes, en apparence respectables et jadis glorifiés, ont succombé à la tentation insidieuse de la richesse rapide, sacrifiant leur réputation sur l'autel de la cupidité. Leur descente aux enfers, marquée par des accusations infamantes, met en lumière la vérité amère que l'argent, lorsqu'il devient l'objet ultime de désir, lorsqu'il est mal convoité, lorsqu’on en devient l’esclave, précipite la chute des puissants et peut être le catalyseur de la ruine. 

La prison, destination inattendue pour ceux qui se voyaient au sommet, devient le triste écho de leurs choix. L'argent, au lieu de leur apporter le bonheur, les entraîne vers des abysses d'où il est difficile de remonter. Car la trahison de la confiance publique et le mépris des lois éthiques révèlent une vérité amère : l’avidité, déguisée en ambition, mène à une déchéance inévitable.

La chute de ces deux hommes, comme tant d’autres qui ont été mêlés dans des scandales ces dernières années au Maroc, devrait servir d'avertissement solennel : la soif insatiable de richesse éclipse la décence et distord le jugement, transformant des hommes autrefois respectés en parias indésirables. Leurs actes révèlent la fragilité de l'intégrité humaine lorsqu'elle est soumise à la tentation des richesses illusoires.

Au Maroc, comme ailleurs, la leçon douloureuse de ces affaires réside dans la mise en garde contre les mirages de la gloire éphémère et les pièges de l'avidité sans bornes. Car, au final, la véritable grandeur réside dans la vertu, et non dans la quête éphémère de richesse matérielle par tous les moyens. Même illicites.


F. Ouriaghli

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 14 Avril 2024

Arrivée au Maroc du Premier ministre belge

Mardi 09 Avril 2024

Affaire Hit Radio: Momo condamné à 4 mois de prison ferme

Mardi 09 Avril 2024

La digitalisation : Une solution clef pour attirer les touristes vers les régions moins urbanisées du Maroc

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required