Société Tout voir

Mesures sanitaires anti-covid : L’espoir est permis

Mesures sanitaires anti-covid : L’espoir est permis
 
 
La grande bonne nouvelle depuis des mois, c’est que ce dimanche 28 mars 2021 n’a enregistré aucun décès à déplorer. C’est une nouvelle certes rassurante et qui nous rappelle tout le travail accompli en amont et en coulisses pour sauver des vies et lutter efficacement contre ce virus mortel.
 
L’espoir est donc de mise et nous sommes engagés avec détermination sur la voie de la lutte de tous les instants de ce qui menace les populations. Ce genre de bonne nouvelle doit inciter les autorités à ficeler leurs décisions pour gagner plus de terrain dans la lutte anti-Covid. 
 
Pourtant, nous avons beau y croire et penser que les autorités sanitaires font de leur mieux pour prendre toutes les mesures possibles afin de sauver des vies, il se trouve que face aux décisions contradictoires qui sont prises par ces mêmes autorités, nous sommes dans l’obligation de poser au moins deux questions. D'un côté, nous sommes à quelques jours du mois de Ramadan, avec tous les risques que cela implique vu les habitudes marocaines durant ce mois sacré, comment peut-on autoriser les prières dans les mosquées ?
 
D’un autre, comment éviter le pire quand on décide d’ouvrir les bains maures et les salles de sport sachant que les Marocains sont friands des hammams où les uns sont collés aux autres, dans la chaleur infernale de ces lieux qui favorise la propagation des microbes et donc du coronavirus. Sans oublier la cohue des salles de gym où aucune mesure de sécurité ne peut être prise et  appliquée vu que tous les sportifs touchent à tout le matériel et peuvent se transmettre la maladie avec  beaucoup de facilité ?  
 
Nous connaissons tous ces endroits et nous savons comment sont nos chers Marocains, qui ne vont pas accepter de payer un mois de sport en se faisant imposer des horaires et des règles de distance réduisant leur mobilité à l’intérieur de ces salles. Idem pour le hammam où les témoins parlent d’une invasion, somme toute compréhensible, de la part de millions de Marocains qui considèrent le bain maure comme un rite et qui vont se ruer sur les lieux par centaines. Il suffit pour s’en convaincre de faire un tour dans la salle de sport la plus proche pour en juger par soi-même. Ni distance réglementée, ni masque, ni respect des horaires.
 
C’est le même schéma qui prévaut dans tous les cafés. Là aussi, sortez voir le nombre de personnes agglutinées les unes aux autres, sans masque, fumant et buvant comme si de rien n’était. Dans certains cafés, ils sont plusieurs dizaines dans un petit périmètre, préférant le fatalisme aux mesures de protection. Ce qui nous ramène à parler des soirées, des fêtes d’anniversaire célébrées à plusieurs dizaines, des méga-soirées en catimini fréquentées par de nombreuses personnes qui passent de longues heures en groupe, alcool aidant, oubliant les menaces du coronavirus, et se réveillent le lendemain avec une sacrée gueule de bois, le virus en prime. 
 
C’est même devenu une mode, un truc In, de se passer le mot pour organiser des teufs surprises en se défiant de ne pas attraper le méchant virus. Cela revient à jouer à la roulette russe avec la mort. Cela n’arrive pas qu’aux autres.
 
Des millions de Marocains ont contracté le virus, des milliers en sont morts et d’autres sont toujours hospitalisés craignant le pire. 
 
C’est une aberration d’ouvrir ce type d’endroits à la veille du ramadan augmentant ainsi les risques de voir les statistiques grossir sachant que, très tôt, on va encore prolonger le couvre-feu qui perd tout son sens si les soirées ont lieu, si les gens fréquentent les hammams, si les salles de sport affichent complet et si personne ne semble plus s’inquiéter de contaminer le prochain. 
 
 
 
Abdelhak Najib
Ecrivain-Journaliste
 
 
 
 
 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 25 Octobre 2021

Dépistage du cancer du sein: La Santé lance une campagne nationale de sensibilisation

Dimanche 24 Octobre 2021

Éducation nationale : L’heure des bilans

Dimanche 24 Octobre 2021

Pass vaccinal : Au nom du boulot, du hammam et du café !

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required