Société Tout voir

Pénurie de sang : L’appel aux donneurs est lancé

Pénurie de sang : L’appel aux donneurs est lancé

Face à des réserves trop basses et un manque criant de donneurs, le Maroc devrait agir rapidement pour éviter une pénurie de sang qui tend à s’aggraver.  

 

Jeudi 26 mai, le Porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, a annoncé lors d’un point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement que le Maroc dispose actuellement d’un stock estimé à seulement 4.200 poches de sang. Se trouvant au niveau du Centre national de transfusion sanguine (CNTS), ledit stock suffit à satisfaire les besoins du pays pendant quatre jours seulement. Faut-il s’en inquiéter ?

Pour Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en systèmes et politiques de santé et vice-président de la Fédération nationale de la santé, «d’après les recommandations de l’OMS, il faudrait avoir un stock suffisant qui peut couvrir au minimum 7 jours de consommation et idéalement 12 jours. Ce qui veut dire que le Maroc devrait disposer de 7.000 poches de sang. Néanmoins, c’est loin d’être le cas», déplore-t-il. 

La situation requiert donc d’engager des mesures rapides et efficaces d’autant plus que «le sang est une substance vitale qui ne peut être fabriquée. Une poche de sang peut être composée de trois produits. Le premier produit concerne les globules rouges, nécessaires en cas d’hémorragies, d’anémie et autre. Le deuxième est relatif aux plaquettes. Il y a des personnes qui ont besoin de plaquettes, celles-ci sont responsables de la coagulation et leur rôle consiste à arrêter les hémorragies. Enfin, la transfusion du plasma. Elle se fait généralement au profit des patients qui ont besoin de plasma, d’immunoglobulines, ou certains souffrant d’hémophilie», explique Hamdi. 

Il poursuit : «Dans le cas de plusieurs opérations et interventions chirurgicales, le chirurgien et l’anesthésiste refusent de passer à l’acte s’ils ne disposent pas de poches de sang sous la main. Les personnes atteintes de maladies chroniques notamment les cancers, les leucémies et autres suivent un traitement qui dépend essentiellement de la transfusion régulière du sang. Il s’agit réellement d’une question de survie». 

Afin de pallier cette pénurie de sang, le ministère de la Santé et de la Protection sociale a organisé plusieurs campagnes de sensibilisation pour collecter plus de 1.000 poches par jour et atteindre 5.000 poches afin de constituer un stock stratégique de sang. 

Rappelons que ce programme se caractérise par le déploiement d’unités mobiles et d’équipements qui seront dédiés à la collecte et au stockage des globules rouges, et la mise en place d’unités de don de sang dans les grandes villes.

«Il n’existe pas d’autres moyens que d’inciter les gens à donner bénévolement leur sang, notamment à travers des campagnes nationales pour sensibiliser et communiquer davantage sur la question. Ce n’est pas normal que les gens aillent dans des centres de santé et attendent pendant des heures. Pour y remédier, il va falloir équiper lesdits centres, organiser des campagnes mobiles et aller à la recherche des donneurs là où ils sont. Il est plus que jamais nécessaire d’expliquer aux citoyens marocains que le don de sang peut sauver des vies. Il s’agit d’un signe de générosité et malheureusement personne n’est à l’abri d’un manque de sang». 

A cet effet, le CNTS a également mis en place une stratégie en vue d’inciter et encourager les Marocains à faire des dons de sang durant la période 2021-2023.

 

Par Malak Boukhari 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 02 Decembre 2022

Vacances scolaires: Attention aux bouchons !

Vendredi 02 Decembre 2022

Automobile : Le marché décroche en novembre

Vendredi 02 Decembre 2022

Le Conseil de gouvernement examine cinq projets de loi relatifs à la réforme du système de santé

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required