Société Tout voir

Vendeuse, un métier pas comme les autres

Vendeuse, un métier pas comme les autres

 

Pour beaucoup de nos compatriotes, le 8 mars est une journée de rappel pour montrer que chaque femme brille à sa façon dans son domaine de prédilection.

Cette journée a pour but de mettre en lumière le rôle prépondérant de la gent féminine dans la société et son apport dans le développement du pays.

 

Honneur aux dames, et honneur aux vendeuses ! Faut-il le rappeler, le métier de vendeuse demande de la patience et la maîtrise des techniques de vente. Sans oublier la connaissance des produits et du magasin, la capacité de persuasion, d'adaptation et d'organisation.

 Nous avons approché Meryem Hourani, qui opère dans le secteur de la vente depuis 17 ans. Elle assure que son métier est une histoire de passion. «Effectivement, j’affectionne le contact avec les gens, j’aime conseiller à travers la gamme de produits que nous avons, à savoir les chaussures, pyjamas, vêtements, produits cosmétiques, accessoires… Certes, c’est un métier qui demande énormément de patience, de connaissances et de maîtrise des produits, mais en parallèle, si je fais bien mon travail, je gagnerai plus de clients, et ces derniers en ramèneront d’autres. Auparavant, je touchais 700 DH par semaine. Je faisais tout le travail et je ne bénéficiais pas de la sécurité sociale; cela a duré 8 ans. Aujourd’hui, j’accompagne mon mari dans son petit magasin, c’est une motivation pour travailler plus, pour être à l’écoute des autres vendeuses. C’est un travail d’équipe, autrement, cela ne marchera pas. C’est un métier qu’il faut valoriser et reconnaître son importance», souligne Hourani.

 La politesse, le sourire et l’enthousiasme sont fortement recommandés; ce sont des qualités nécessaires. Vendeuse tout comme caissière, elles doivent être méthodiques. La vigilance est de mise pour éviter toute mauvaise surprise, une erreur dans les comptes par exemple. 

«La clientèle peut parfois être difficile à gérer pour nous vendeuses, à cause de ses exigences. Il faut savoir garder son sang-froid, face à des clients stressés ou énervés, et savoir calmer le jeu. En un mot, être diplomate pour vendre et bien les servir. L’autre difficulté est le fait d'être constamment debout, ce qui provoque de la fatigue chez la vendeuse. Nous devons aussi vendre, encaisser, surveiller la marchandise, faire le comptage et éviter les erreurs. Car, au final, si erreur il y a, c’est nous-mêmes qui devrons rembourser la somme manquante», explique Khadija Fahmi, vendeuse depuis 6 ans dans un magasin de prêt-à-porter…

Ces vendeuses, femmes de l’ombre, apportent énormément aux clients et aux clientes. Sans elles, difficile d’opter pour un vêtement ou un produit. Elles sont les petites fées de la persuasion et, par conséquent, de la vente. Leurs compétences commerciales restent indéniables. Chapeau bas mesdames !

 

 

Par Ibtissam Z

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 01 Avril 2024

Emploi des femmes : Entre progrès et défis

Lundi 25 Mars 2024

Égalité des genres: Les grandes lignes du plan gouvernemental 2023-2026

Lundi 25 Mars 2024

Marché du travail : Quand les femmes se heurtent au refus familial

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required