International Tout voir

Génocide à Gaza : La politique de la terre brûlée

Génocide à Gaza : La politique de la terre brûlée

L’armée israélienne intensifie chaque jour davantage les frappes sur Gaza quadrillant la bande du Nord au Sud, faisant chaque jour plusieurs dizaines de morts et détruisant le peu de maisons qui restent encore debout sous le feu soutenu des obus et des bombardements.

 


Abdelhak Najib 
Écrivain-journaliste 

Face aux chars et aux tirs ciblés des hélicoptères de Tsahal, des milliers de familles ont fui, depuis le 3 juillet 2024, des secteurs de l'est de Rafah et de Khan Younès. Les ONG parlent de plus de 60.000 Gazaouis qui sont contraints de partir en quête d'eau, de nourriture et d'abris à travers le territoire dévasté par près de neuf mois de guerre. «Soixante-seize ans après la Nakba, les Palestiniens continuent d’être déplacés de force. Dans la bande de Gaza, 600.000 personnes ont fui Rafah depuis l’intensification des opérations militaire», a précisé l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa). Ce qui porte le nombre de réfugiés errant dans la bande de Gaza à plus d’1 million de personnes, femmes, enfants et vieilles personnes.

Dans le sillage des frappes intensives israéliennes, l'OMS a annoncé que presque tous les patients de deux hôpitaux du sud du territoire palestinien, l'hôpital européen et l'hôpital de campagne du Comité international de la Croix-Rouge, ont décidé de fuir. Selon l'agence de presse officielle palestinienne Wafa, quatre hommes, âgés de 20 à 25 ans, ont été tués par une frappe de drone israélien dans le camp de Nour Chams. Devant ce drame humain à ciel ouvert, malgré les alertes des Nations Unies et de centaines d’ONG, les États-Unis d’Amérique assurent Tel-Aviv de son soutien indéfectible. Dans ce sens, l’exécutif américain a indiqué, le 2 juillet 2024, au Congrès qu’il allait procéder à une livraison d’armes à Israël pour environ un milliard de dollars. Ce qui promet de dépasser le chiffre des 40.000 morts, déjà écrasés sous le poids de l’artillerie lourde israélienne, avec 60% des victimes qui sont des femmes et des enfants, puisque les observateurs onusiens parlent de pas moins de 20.000 morts entre enfants et femmes, depuis le 7 octobre 2023.  

Dans la foulée des chiffres du génocide en cours à Gaza, la Chambre des représentants américaine a voté l’interdiction d’utiliser les décomptes publiés chaque jour par les autorités palestiniennes pour décrire la guerre à Gaza. Les Républicains ont tous voté ce texte à part deux personnes. De plus, soixante-deux Démocrates ont soutenu cet amendement. Ce qui a poussé la députée du Michigan, Rashida Tlaib, à dénoncer ce soutien à Israël malgré le nombre effarant de morts et la destruction quasi-totale de toutes les infrastructures dans la bande de Gaza : «Mes collègues veulent interdire aux officiels américains de citer le nombre de morts à Gaza. Alors laissez-moi les citer ici pour qu’ils soient enregistrés. Les derniers bilans sont les suivants : 37.718 personnes ont été tuées, dont 15.000 enfants, et 86.377 Palestiniens ont été blessés… Il y a tellement de racisme anti-palestinien dans cette salle que mes collègues ne veulent même pas reconnaître que les Palestiniens existent». 

Cela se passe de commentaire quand on sait que le peuple palestinien est livré à lui-même, en proie à la cinquième armée du monde qui tue six enfants par heure, comme l’a affirmé l’Unrwa, en toute impunité, soutenue dans son macabre plan d’extermination des Palestiniens par toutes les grandes puissances occidentales.

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 21 Juillet 2024

Gaza : Le bilan s'alourdit à 38.983 morts

Samedi 20 Juillet 2024

Guerre à Gaza : Un nouveau bilan de 38.919 morts

Mardi 16 Juillet 2024

Génocide en Palestine: La théorie de la soif

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required