La Quotidienne TV

Casablanca, 90 jours de couvre-feu plus tard…

Par: David Williams, Directeur des Rédactions

 

La situation épidémiologique au Maroc s’améliore-t-elle ou est-elle toujours tendue ? Les statistiques dévoilées au quotidien par le ministère de la Santé montrent, ces 8 derniers jours, un léger mieux.

 

Entre le 1er et le 8 décembre, le Maroc a totalisé 27.752 cas, soit une moyenne quotidienne de 3.469 contaminations, loin des plus de 5.000 cas journaliers enregistrés régulièrement à une certaine époque. La statistique la plus inquiétante reste cependant le nombre de personnes emportées par la Covid-19 sur la même période : 524 décès ont été enregistrés. Ainsi, au 8 décembre, le Maroc compte au total 384.088 cas pour 6.370 décès, tandis que le nombre de cas actifs culmine à 39.999.

Si, d’après les statistiques officielles, le pays est descendu depuis quelque temps sous la barre des 5.000 cas par jour, il reste cependant évident que la Covid-19 reste toujours très meurtrière, avec néanmoins un taux de létalité stable depuis un mois à 1,7%.

Cela légitime-t-il le fait que les mesures restrictives soient maintenues, voire durcies dans la plupart des provinces et préfectures du Royaume ? Certainement, d’autant que pour certains experts les chiffres sont largement sous-estimés.

Dans la préfecture de Casablanca en tout cas, les citoyens sont en «liberté conditionnelle» depuis maintenant 3 mois. Leur quotidien est désormais rythmé par ces décisions prises par les autorités le 7 septembre dernier en vue de circonscrire la propagation du coronavirus au niveau de la préfecture. Mais voilà, l’exceptionnel tend pourtant à s’inscrire comme une norme dans la conscience collective. L’on se rend à peine compte que cela fait 90 jours que nous sommes obligés de rester cloîtrés à la maison dès la nuit tombée, à cause du couvre-feu, laissant la rue aux chats et chiens errants. Cela sert-il au moins à quelque chose ? Le virus se propage-t-il moins depuis que l’on nous a imposé toutes ces restrictions ?

Je vous laisse apprécier les chiffres. Sur la période considérée (1er au 8 décembre), la région Casablanca-Settat a totalisé 10.035 cas de contamination, soit 36% des cas comptabilisés sur le territoire national. Avec 139 décès, elle représente 26,3% des pertes humaines enregistrées par le Royaume sur la période. Doit-on espérer alors un allègement des restrictions ? Non, pour l’instant. Le vaccin reste, à l’évidence, notre seule issue de secours. Et encore fautil que la vaccination de masse démarre.

Société Infos Société

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 23 Decembre 2021

Malformations cardiaques infantiles au Maroc : Quelle prise en charge ?

Jeudi 23 Decembre 2021

Association Oum Keltoum : Finances News Hebdo au cœur de l’action sociale

Mardi 10 Aout 2021

Viol de deux mineures par leur père à Ouarzazate : L’association « touche pas à mon enfant », appel à un durcissement de la sanction