Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines
EMISSION DU 07/10

Législatives 2016 : PJD-PAM, le face-à-face

001Bureau de vote

 

Incertitude dans le paysage politique marocain. En ce jour où les Marocains sont appelés à aller voter, difficile de dire quel parti politique aura la faveur des urnes. Seul un consensus semble se dégager : aucune formation politique n'aura la majorité absolue. D'où, probablement, un inévitable jeu d'alliances. En cela, différents scénarios sont possibles. Fin connaisseur de la scène politique marocaine, le politologue Mustapha Sehimi nous livre sa lecture de ce qui sera peut-être la nouvelle géographie du microcosme politique à l'issue de ces élections législatives. Analyse.

 

I/ Le PJD l'emporte
La prévision la plus courante est celle du PJD qui se classerait en tête le 7 octobre. Mais quelle serait l’ampleur de ce résultat ? Pour les uns, les succès de la formation islamiste se traduirait par un score supérieur à celui de 2011 où elle avait obtenu 107 sièges, soit 27% des 395 sièges de la Chambre des représentants. Si tel était le cas, un tel chiffre serait porteur de sens. Il signifierait que l’on n’a pas enregistré un vote-sanction, alors que ce gouvernement a un bilan sujet à caution, tant nombre de ses promesses n’ont pas été tenues (moralisation de la vie publique, lutte contre la corruption, réforme fiscale, éducation, justice….).
Pour d’autres, en revanche, le PJD ne l’emporterait que d’une courte tête avec 90-95 sièges seulement, ne dépassant le PAM que de 5 à 10 sièges. Il est également évalué que son allié indéfectible, le PPS de Mohamed Nabil Benabdallah, qui compte aujourd’hui 18 sièges, accuserait un recul et ne se situerait plus que dans une fourchette de 10-15 sièges au plus. De tels résultats poseraient, en des termes nouveaux, la question de la formation d’une majorité devant investir le nouveau cabinet avec pas moins de 198 sièges correspondant à la majorité absolue. Où trouver des alliés ? L’option du MP de Mohand Laenser est sur la table : il compte aujourd’hui 32 députés; fera-t-il plus ? Cela paraît difficile.
Une alliance avec le PI de Hamid Chabat peut-elle être envisagée ? La formation istiqlalienne a mené une campagne très critique tant en direction du PJD de Benkirane que du PAM de Ilyas El Omari. Elle a sans doute voulu faire monter les enchères dans une optique de négociation avec l’un ou l’autre.

 

2/Le PAM en tête
Cette prévision est également partagée, quoi qu’elle soit moins prioritaire que la précédente. Avec qui alors cette formation pourra-telle constituer une majorité ? Dans un premier cercle de proximité, une alliance avec le RNI, le MP et l’USFP est la plus faisable. Ces quatre parties, à des titres divers, revendiquent le pôle de la modernité et de la démocratie. Mais leurs scores respectifs permettraient-ils d’arriver à une majorité absolue de 198 sièges ? C’est possible, mais cela impliquerait une amélioration sensible de leur influence électorale actuelle, à savoir les résultats suivants :
PAM (42/90), PNI (52/50-55), MP (32/35) et USFP (39/40-45).
Rien ne permet d’avancer pour l’heure que ces trois formations (RNI-MP-USFP) engrangent de tels gains du fait de problèmes internes ou d’une campagne électorale qui n’a pas eu un grand relief.
Le complément éventuel pourrait se faire alors avec le concours du PI de Hamid Chabat, actuellement opposé tant au PJD, mais aussi au PAM.
Dans cette configuration, le PPS n’aurait pas sa place compte tenu de son engagement, -voire de son inféodation ?- à la formation islamiste du PJD. Quant à l’UC de Mohamed Sajid, elle est dans l’opposition depuis 1998 – et dans les quatre cabinets successifs. Et rien n’indique que ce statut soit modifié pour l’inviter à rejoindre une majorité dirigée par le PAM. Une grande incertitude donc que ce scrutin du 7 octobre. Ses résultats vont de toute façon réarticuler, dans un sens ou dans l’autre, la future majorité et, partant, formater la nature et la dimension du programme du prochain gouvernement pour la législature 2016-2021.

 

Toute l'équipe de L@ Quotidienne est mobilisée afin de tenir informés nos lecteurs sur le déroulement de ces élections. Suivez, étape par étape, les coulisses et résultats de ce scrutin sur notre page Facebook.

 

Partage RéSEAUX SOCIAUX

Autres Videos