Inscrivez-vous à notre newsletter


×

Ce que je sais du Maroc - EP12

Mercredi 08 Janvier 2020 Par Laquotidienne

 

Nous ne nous plaignions pas néanmoins. Nous avions une vie paisible : école - maison.

Pour des étudiants plus ou moins désargentés, les seules distractions que nous nous autorisions étaient des parties de belote, autour d’une séance de thé.

Le thé à la sénégalaise, c’est tout un cérémonial. Et surtout, il est construit autour d’une notion très importante : le temps.

Une séance de thé ordinaire, généralement répartie en trois étapes, peut durer jusqu’à trois heures.

Le premier verre servi est très corsé, à la limite assez amer. Le deuxième, qui vient bien après, l’est moins, avec en plus de la menthe.

Et le troisième ressemble assez à ce qu’on appelle communément au Maroc "Atay", mais en quantité beaucoup moins importante.

Le thé sert à «tuer le temps», à chasser l'ennui et a surtout cette incroyable magie de fédérer les gens autour d’une discussion conviviale, empreinte de plaisanteries.

Et il suffit que la théière soit au feu pour que les amis rappliquent, comme par enchantement.

Notre appartement était un lieu de convergence où, souvent, des potes des immeubles voisins ou d’autres quartiers se retrouvaient le week-end.

Nos voisins immédiats, des Marocains, étaient étonnés par ces va-et-vient incessants et ce mode de vie qui contrastait profondément avec le leur.

Notre porte était constamment ouverte, quand la leur était toujours fermée. Et à clé s’il vous plait.

Surtout, quelque chose les dérangeait : c’était de voir que parmi nos visiteurs, il y avait souvent des filles.

(A suivre)

LIRE EPISODE 11

LIRE EPISODE 13

D. W.
 

 

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
Ce que je sais du Maroc
Partage RéSEAUX SOCIAUX