Economie Tout voir

Coronavirus Maroc : Aux abois, les agences de voyages demandent l’aide du gouvernement

Coronavirus Maroc : Aux abois, les agences de voyages demandent l’aide du gouvernement

La Fédération nationale des associations régionales des agences de voyages du Maroc (FNAAVM) a adressé, le vendredi 3 avril, un courrier au ministre du Tourisme,
de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Economie sociale, Nadia Fettah Alaoui, pour demander des mesures spécifiques de soutien aux agences de voyages du Maroc en raison de la due au Covid-19.

La FNAAM estime en effet que la communauté d’agents de voyage, un des principaux maillons du secteur du tourisme, est «fortement impactée et ce, à tous les niveaux, par la crise sanitaire du Covid-19».

«En effet et pour lutter de façon efficace et efficiente contre la propagation de cette pandémie planétaire, comme de nombreux pays, les autorités marocaines ont adopté des mesures restrictives de déplacement et ont ordonné la fermeture des frontières, entrainant le clouage au sol de la flotte des différentes compagnies maritimes, terrestres et aériennes», rappelle la Fédération.

Ainsi, l’activité des agences de voyages étant à l’arrêt, «il est certain que 2020 sera une année déficitaire pour l’ensemble des opérateurs du secteur du tourisme, toutes activités confondues et même pour les métiers connexes», estime la Fédération.

«Qu’il s’agisse d’agences spécialisées dans le tourisme à l’export ou réceptif, de tourisme de niche, MICE ou Hajj & Omra, l’ensemble de la profession est en sursis et s’apprête bon an mal an à vivre une situation kafkaïenne jamais ressentie auparavant», affirme-t-elle.

Et ce, à cause, entre autres, des demandes d’annulation de tous les services (billets, package touristique...), des demandes de remboursements par les clients de toutes les prestations annulées et
de l’absence totale de nouvelles prises de commandes pour les mois à venir. 


«Toutes ces annulations et demandes de remboursement vont entrainer inévitablement une perte d’un chiffre d’affaires considérable et vont impacter lourdement la trésorerie des agences de voyages.
D’autant plus que certains fournisseurs proposent aux agences de voyages, dans le meilleur des cas, des avoirs, car ils sont eux même dans l’incapacité de rembourser», explique la Fédération.

Dans ce cadre, la FNAAVM demande à la ministre «d’étudier de toute urgence des mesures de soutien spécifiques au secteur».

Il s’agit notamment de «remplacer le remboursement des voyageurs par la mise à disposition de bon d’avoir d’une durée de validité de 12 mois, et dont le montant correspond aux frais engagés par le client selon un mécanisme que vous jugerez utile, valable et juste».

La Fédération suggère aussi de «contraindre les organismes bancaires à faire preuve de solidarité en augmentant les lignes de facilités de caisse et en octroyant un ou des crédit (s) bancaire (s) à taux base banque du Maroc, d’autant plus, que le secteur du tourisme est largement représenté par des TPE et des PME, et que, comme rappelé par Sa Majesté dans Son Discours du 11 octobre 2019, il incombe au secteur bancaire de s’acquitter de sa mission en matière de développement et de soutien aux petites et moyennes entreprises».

Enfin, la FNAAVM demande la «prise en charge par nos assurances professionnelles de tout ou partie des pertes et frais engendrés par cet état de fait, en prescrivant que le Covid-19 est un sinistre couvert par l’assurance professionnelle que nous sommes tenus de souscrire pour l’exercice de l’activité d’agent de voyage».

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 04 Decembre 2021

Grèce: La troisième dose administrée après trois mois au lieu de six

Jeudi 02 Decembre 2021

Covid-19: Le variant Omicron risque de devenir majoritaire en Europe

Lundi 29 Novembre 2021

Le prix du pétrole remonte fortement après le choc dû au variant Omicron

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required