Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

Covid-19: Micmac sino-éthiopien ?

Covid-19: Micmac sino-éthiopien ?

Jeudi 11 Fevrier 2021 Par Laquotidienne

 

Plantons le décor et rappelons-nous ce que disait Donald Trump dans l’une de ses nombreuses généralités. Le 30 avril 2020, en pleine crise de la Covid-19, l’ancien locataire de la Maison Blanche affirmait ceci : «Je pense que l’Organisation mondiale de la santé devrait avoir honte, car elle est en quelque sorte l’agence de relations publiques de la Chine».

Un énième errements de Trump ? Pas tout à fait. Durant son mandat, il n’a pas dit ou fait que des «bêtises». Il a su, aussi, être lucide et voir juste. Pour mesurer la portée de sa déclaration, regardons celle faite le 31 janvier 2020 par l’actuel Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, et qui restera certainement dans les annales de son mandat : «Nous avons assisté à l’émergence d’un agent pathogène inconnu auparavant qui a provoqué une flambée sans précédent. (…) Le gouvernement chinois doit être félicité pour les mesures sans précédent qu’il a prises en vue d’endiguer la pandémie. Il n’y a aucune raison de prendre des mesures qui perturbent inutilement les voyages et le commerce international».

Et patatras ! Quelques semaines plus tard, le monde s’est mis sous cloche en raison d’une crise sanitaire majeure qui a fait actuellement plus de 2,3 millions de morts à travers le globe. Aujourd’hui, après le parcours meurtrier du coronavirus, l’OMS est dans ses petits souliers.

Son DG aussi. Mais cette bienveillance, si tant est qu’on peut l’appeler ainsi, de l’Ethiopien Ghebreyesus à l’égard de la Chine, puise ses racines dans trois éléments principaux ainsi résumés :

• Il est de notoriété publique que le DG de l’OMS doit en partie son élection à la tête de l’Organisation, en 2017, à la Chine qui l’a fortement soutenu.

• La Chine est le principal investisseur et partenaire commercial de l’Ethiopie. Selon le rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement pour l'année 2020, la Chine était toujours la plus grande source d'investissements directs étrangers en Ethiopie en 2019, contribuant à hauteur d'environ 60% aux nouveaux projets étrangers approuvés dans ce pays.

• Et si nous remontons un peu plus loin, Ghebreyesus, dans sa jeunesse, était membre du Front de libération du peuple de Tigré (FLPT), organisation communiste révolutionnaire soutenue à l’époque par la Chine.

Ceci explique-t-il cela ? Certainement. Pas étonnant que ces accointances douteuses, pour ne pas dire malsaines, où se mêlent intérêts politiques, économiques et personnels, ne permettent pas de faire la lumière sur l’origine du coronavirus.

Rappelons, en effet, que ce n’est qu’au terme de plusieurs mois de pression internationale, de négociations et de tergiversations que les Chinois ont finalement accepté sur leur sol une mission d’inspection de l’OMS.

Après 4 semaines passées dans l’Empire du Milieu, précisément à Wuhan, les experts de l’Organisation ont fait choux blanc. La théorie la plus probable pour expliquer l'origine de l'épidémie reste celle de la contamination de l'être humain par un animal «intermédiaire», et cet animal n'a toutefois «pas encore été identifié», concluaientils mardi dernier.

Pangolin, vison, chauve-souris ? On n’en sait rien. Bref, après tout ce remueménage, ils ne nous ont rien appris. Circulez, il n’y a rien à voir ! Encore moins dans le fameux laboratoire P4 de Wuhan, sur lequel pèsent encore de lourds soupçons et où, pourtant, la théorie d’un accident et d’une fuite est jugée «hautement improbable» par les experts de l’OMS.

Alors, Tedros Ghebreyesus, une marionnette de la Chine ? Difficile de répondre par la négative. En tout cas, l’Histoire ne retiendra pas, malheureusement, une bonne image du premier Africain à avoir dirigé l’OMS.

 

D. William

 

 

 

 

 

 

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
OMS covid-19 international Coronavirus actualitè
Partage RéSEAUX SOCIAUX