Inscrivez-vous à notre newsletter


× sous menu de laquotidienne actualités marocaines

Economie de la santé : Un état des lieux mitigé

Economie de la santé : Un état des lieux mitigé

Mardi 17 Juillet 2018 Par Laquotidienne

Quatre mois après la présentation du Plan Maroc Santé 2025, la Chambre de commerce britannique pour le Maroc a organisé, le jeudi 12 juillet à Casablanca, une conférence-débat sur le thème : « L’économie de la santé au Maroc : Défis et perspectives d’avenir».

Le secrétaire général du ministère de la Santé, Hicham Nejmi, a planté le décor en livrant quelques chiffres importants : l’espérance de vie en 2018 au Maroc est de 75 ans, alors qu’elle était de 49 ans en 1967.

Cette performance réalisée en l’espace de 50 ans est la résultante d’une tendance baissière du taux de mortalité maternelle, estimé à 72,6/100.000, et de l’existence de 2.965 établissements de soins de santé primaires et de 158 établissements hospitaliers publics pour 23.000 lits.

Ces statistiques du ministère sont soutenues par un secteur privé en évolution constante, avec 358 cliniques privées, 3.475 cabinets privés de consultation et 8.914 officines de pharmacie.

La dépense totale de santé a atteint en 52 milliards de dirhams en 2013 (5,8% du PIB), c’est-à-dire 1.578 dirhams par habitant, avec une couverture médicale de 63% de la population.

Le DG l’ANAM (Agence nationale de l’assurance maladie), Naoufal El Malhouf, a de con côté précisé que 54,6% de la population (AMO, Ramedistes et étudiants) ont une couverture maladie de base.

Cependant, une régulation ressources-dépenses est fondamentale car la balance penche du côté des dépenses.

Hicham Nejmi affirme à ce propos que le gouvernement est en train de redessiner le système de financement de la santé, notamment par la construction de CHU, ainsi qu’à travers un élargissement et une augmentation des services.

En outre, il considère que le Maroc est en phase de segmentation des nouvelles catégories qui vont bénéficier de l’assurance maladie, avec l’objectif d’atteindre 90% de la population à l’horizon 2021. Mais pour cela, dit-il, il faudra nécessairement que la loi soit améliorée.

Autre problématique soulevée par les panélistes : l’accès aux données dans le secteur de la santé est le principal obstacle des chercheurs.

Ce qui pose un véritable problème d’adaptation du système de transition théorisé par la politique sanitaire.

Cet avis de Chakib Nejjari, président de l’Université Mohammed VI des sciences de la santé (UM6SS), est largement partagé par les acteurs du milieu. A ce titre, un appel de collaboration interprofessionnelle afin de mettre en place un groupe de chercheurs qui va statuer sur la pharmaco-économie a été lancé.

L’objectif est de réguler l’économie de la santé par la production de médicaments innovants made in Maroc.

Ce qui facilitera une analyse complète et une idée des coûts réels des médicaments ainsi que les bénéfices de leur utilisation, une étape fondamentale pour un usage rationnel des ressources pour la santé.

S. T.

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required
santé
Partage RéSEAUX SOCIAUX