Développement durable Tout voir

Le SG de l'ONU met en garde contre une catastrophe climatique

Le SG de l'ONU met en garde contre une catastrophe climatique

Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a mis en garde contre le risque d'une catastrophe climatique alors que la planète se réchauffe de 1,2 degré Celsius et que les catastrophes climatiques ont forcé 30 millions de personnes à fuir leurs domiciles.

«Maintenir l’objectif de 1,5 degré Celsius en vie nécessite une réduction de 45% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d'ici 2030 et la neutralité carbone d'ici le milieu du siècle », a-t-il déclaré , lors d’un sommet organisé par The Economist sur le développement durable, soulignant que la guerre en Ukraine lenace de devenir un énorme revers pour l'effort visant à accélérer l'action climatique.

S'exprimant par liaison vidéo, le Secrétaire général de l’ONU a noté les progrès réalisés lors de la Conférence des Nations Unies sur le climat, COP 26, l'année dernière, mais a estimé que « le principal problème n'a pas été résolu – il n'a même pas été correctement traité ».

Selon les engagements nationaux actuels, les émissions mondiales de gaz à effet de serre devraient augmenter de près de 14% pendant le reste de la décennie.

Rien que l'année dernière, les émissions mondiales de CO2 liées à l'énergie ont augmenté de 6% « pour atteindre leurs niveaux les plus élevés de l'histoire », a déclaré M. Guterres, alors que les émissions liées au charbon ont grimpé « pour atteindre des niveaux records ».

Si nous ne voulons pas « dire au revoir à l’objectif de 1,5 degré… nous devons aller à la source – le G20 » (groupe des principales économies), a déclaré le chef de l'ONU.

Notant que les économies développées et émergentes du G20 représentent 80% de toutes les émissions mondiales de gaz à effet de serre, il a attiré l'attention sur une forte dépendance au charbon mais a souligné que « notre planète ne peut pas se permettre un jeu de blâme climatique ».

Les pays développés ne doivent pas imposer aux économies émergentes d'accélérer leur transition, pas plus que les économies émergentes ne doivent répondre en disant : « vous nous avez exporté des activités industrielles lourdes à forte intensité de carbone en échange de biens moins chers ».

«Nous ne pouvons pas pointer du doigt pendant que la planète brûle », a-t-il déclaré. Le Secrétaire général de l'ONU a souligné de multiples défis tels que la reprise « scandaleusement inégale » post Covid-19, l'inflation record et les retombées de la guerre en Ukraine, qui risque de bouleverser les marchés mondiaux de l'alimentation et de l'énergie, « avec des implications majeures pour l’agenda climatique mondial ».

Alors que les grandes économies poursuivent une stratégie pour remplacer les combustibles fossiles russes, des mesures à court terme pourraient créer une dépendance à long terme aux combustibles fossiles, a-t-il averti.

«Les pays développés, les banques multilatérales de développement, les institutions financières privées et les entreprises disposant du savoir-faire technique doivent tous unir leurs forces... pour apporter un soutien à grande échelle et rapide aux économies s’appuyant beaucoup sur le charbon », a-t-il ajouté.

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 29 Juillet 2022

AG de l’ONU: Le Maroc et quatre autres pays font adopter une résolution historique

Jeudi 21 Juillet 2022

Changements climatiques au Maroc : Une affaire sérieuse

Vendredi 15 Juillet 2022

ONU : Les femmes travaillant dans le secteur de la santé gagnent 24% de moins que les hommes

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required