Economie Tout voir

Accord d’association Maroc-Royaume-Uni : Quel bilan après deux ans d’application ?

Accord d’association Maroc-Royaume-Uni : Quel bilan après deux ans d’application ?

A quelques semaines du deuxième anniversaire de l’Accord d’association entre le Maroc et le Royaume-Uni, la Chambre de commerce britannique pour le Maroc (BritCham) a organisé jeudi 24 novembre 2022 un webinaire sous le thème : «Accord d'association Maroc -Royaume-Uni : la nouvelle étape». 

L’objectif de cet événement qui a réuni Stephen Orr, président de la BritCham, Simon Martin, ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc, Tom Hill, Consul général du Royaume-Uni, et directeur DIT au Maroc, ainsi que Simon Morrish, Directeur général de XLinks, est de passer au crible le premier bilan dudit accord et d’aborder les perspectives de coopération entre les deux pays. 

Signé à Londres le 26 octobre 2019 et entré en vigueur le 1er janvier 2021, l'Accord d'association entre le Maroc et le Royaume-Uni visait à canaliser la relation économique entre les deux pays suite au processus de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Cela a permis aux deux parties d'établir un partenariat structuré à long terme, doté d'instruments de coopération opérationnels et institutionnalisés, et animé par une ambition commune.

Comme mentionné dans une déclaration conjointe des deux pays, cet accord constitue une garantie pour les entreprises marocaines et britanniques qui entretiennent des relations économiques et commerciales dans tous les domaines de la coopération. 

S’exprimant sur les résultats de l’Accord d’association entre le Maroc et le Royaume-Uni, le président de la BritCham, Stephen Orr a souligné l’importance des échanges entre les deux pays, rappelant qu’en une année, les exportations marocaines vers le Royaume-Uni, essentiellement composées de produits agricoles et de produits de la pêche, ont connu une hausse d’environ 40%. Dans le même ordre d’idées, Stephen Orr a précisé qu’en 2020, les fruits et légumes en provenance du Maroc couvraient 32% des importations britanniques, soit près de 2,5 milliards de dirhams. 

Un constat partagé par l’ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc, Simon Martin, qui a évoqué qu’en 2021, le montant des échanges économiques et commerciaux entre les deux pays a atteint 1,8 milliard de livres sterling. 

Dans ce même sillage, il convient de rappeler qu’une nouvelle liaison maritime entre le Maroc et le Royaume-Uni, reliant directement le port de Tanger à Poole dans le sud-ouest de l’Angleterre, est en train de se mettre en place. Cette nouvelle desserte permettra de faciliter les échanges entre les deux pays et d’ouvrir de nouveaux horizons. 

«Le Maroc est l’un de ces pays qui ont vu en le Brexit une opportunité d’insuffler une nouvelle dynamique à leur partenariat avec le Royaume-Uni. Aujourd’hui, les opportunités à saisir à travers nos échanges bilatéraux demeurent inestimables. Le gouvernement marocain a clairement exprimé qu’il aspirait à ce que le Royaume-Uni figure dans le top 5 de ses partenaires et cela nous donne une idée claire sur le niveau de son ambition et de sa détermination à nouer une collaboration riche en accomplissements», a souligné Simon Martin. 

Et de poursuivre : «Depuis le lancement par le ministère de l’Industrie et du Commerce de la marque «Morocco Now», un large éventail de projets prometteurs a été lancé, et actuellement, plusieurs entreprises britanniques en ont profité pour investir dans différents secteurs, dont celui des énergies renouvelables. Nous sommes bien conscients que les énergies renouvelables sont l’une des plus importantes ressources du Maroc, notamment l’hydrogène vert».

Dans le cadre de l’Accord d’association entre le Maroc et le Royaume-Uni, plusieurs projets ont été mis en place. Il s’agit notamment du projet d’interconnexion électrique maritime entre les deux Royaumes, porté par la société britannique Xlinks, spécialisée dans les énergies renouvelables. A ce propos, le Directeur général XLinks, Simon Morrish, a relevé que ce projet qui ambitionne de fournir au Royaume-Uni de l’électricité verte produite et stockée dans la région de Guelmim-Oued Noun, va poser les plus longs câbles haute tension et sous-marins dans le monde, qui devraient atteindre 3.800 kilomètres.

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 02 Fevrier 2023

Partenariat économique : Rabat et Madrid accordent leurs violons

Jeudi 02 Fevrier 2023

Le Chef du gouvernement s'entretient avec son homologue espagnol

Mercredi 18 Janvier 2023

Eau et assainissement : Le Maroc et le Sénégal renforcent leur coopération

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required