Economie Tout voir

Attractivité touristique de l’Afrique : Le marketing territorial devient une nécessité

Attractivité touristique de l’Afrique : Le marketing territorial devient une nécessité

Grâce notamment à sa diversité naturelle et culturelle, l’Afrique dispose d’un potentiel touristique immense. Cependant, les arrivées touristiques du continent demeurent très faibles par rapport aux autres régions du monde. 

Pour parvenir à améliorer l’attractivité du secteur du tourisme en Afrique, il est indispensable de développer l'infrastructure touristique, notamment les hôtels, les aéroports et les routes, de diversifier l’offre touristique, de renforcer la connectivité entre les différents pays du continent ou encore d’investir dans le branding. C’est ce qu'ont affirmé, jeudi à Casablanca, les participants à la deuxième édition du Forum africain du tourisme de Casablanca (FATC). 

Tenu sous le thème : «Investissements touristiques en Afrique : Vers la valorisation d’une identité territoriale durable et innovante», cet évènement co-organisé par Casa Events & Animation et le Conseil régional du tourisme de Casablanca-Settat a été marqué par la présence de nombreux acteurs de l’écosystème touristique africain. 

Dans son mot d’ouverture, Mohamed Jouahri, Directeur général de Casa Events & Animation, a souligné que l’attractivité d’un territoire repose sur un équilibre entre les besoins et les attentes de ses habitants, l’accueil chaleureux et l’expérience mémorable offerte aux touristes, ainsi que sur l’attrait pour les investisseurs qui devront y voir un intérêt et un potentiel de croissance et de rentabilité. 

«La combinaison de ces trois facteurs clés est cruciale pour le développement harmonieux d’un territoire. Afin de construire une identité attractive pour les investisseurs, les territoires africains doivent capitaliser sur leurs atouts uniques et leur diversité. Ils doivent mettre en avant leur patrimoine culturel, leur richesse naturelle et leur histoire captivante. Cette identité distinctive est la clé pour susciter l’intérêt des investisseurs en quête de différenciation et d’authenticité. Promouvoir ces territoires auprès des investisseurs locaux, nationaux et internationaux nécessite une approche stratégique qui consiste justement à mettre en valeur les opportunités d’investissement, de démontrer la viabilité des projets touristiques et de garantir un climat d’affaires favorable», a-t-il précisé. 

Rappelant que cette deuxième édition du Forum se tient dans le cadre de la 4ème édition de l’Africa Place Marketing, Othmane Cherif Alami, président du Conseil régional du tourisme de Casablanca-Settat, a relevé :  «Nous sommes aujourd’hui dans l’obligation de créer et d’implémenter des stratégies de développement touristique territorial afin d’attirer plus de touristes et d’investisseurs, promouvoir l’attractivité du territoire et avoir une offre territoriale répondant aux attentes des consommateurs». Dans ce sens, il a cité l’exemple de la marque «Wecasablanca» qui oeuvre depuis 2015 à renforcer la notoriété et l’image, à l’échelle nationale et internationale, de la métropole. 

S’exprimant autour de l’attractivité des investissements en Afrique, les différents intervenants ont évoqué l’importance de prendre en considération l’image de tout le continent afin de pouvoir renforcer l'attractivité touristique d’une ville ou d’un territoire africain donné. Dans ce sillage, Abdou Souleye Diop, Managing partner au cabinet Mazars, a mis la lumière sur la nécessité de changer le narratif africain et d’agir sur l’image du continent africain pour développer son attractivité auprès des investisseurs, avançant comme modèle à imiter la campagne #DreamAfrica #MeetMorocco lancée récemment par Royal Air Maroc.

De son côté, Sanaa Tazi, directrice marketing à Royal Air Maroc, a mis en exergue la vision stratégique et le nouveau positionnement de marque de RAM, visant à «se positionner comme une compagnie aérienne mondiale». Ainsi, elle a précisé que la compagnie s'engage dans le développement du potentiel de l'Afrique, notamment à travers ladite campagne, lancée le 23 octobre, avec pour objectif de desservir la totalité des capitales africaines à l’horizon 2037.

Pour sa part, Zoubir Bouhoute, expert en tourisme, a mis en avant les défis auxquels est confronté le tourisme en Afrique, dont la part dans le tourisme mondial ne dépasse toujours pas les 6% et avec des recettes de 1% seulement. À ce titre, Bouhoute a appelé les pays du continent à investir davantage dans les infrastructures et à améliorer la connectivité des transports pour pouvoir attirer, en retour, les investisseurs internationaux.

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 27 Fevrier 2024

Ammor : Les exportations de l’artisanat ont dépassé 1 Md de DH en 2022

Mardi 27 Fevrier 2024

L'ONU proclame 2027, année internationale du tourisme durable et résilient

Samedi 24 Fevrier 2024

Tourisme: Le Maroc à la conquête du marché indien

S'inscrire à la Newsletter de La Quotidienne

* indicates required